Le Parisien Val-d’Oise révèle ce vendredi que la justice a ouvert une enquête sur des dépenses réalisées par le socialiste François Pupponi dans le cadre de SEM Sarcelles Chaleur dont la mission était de fournir du chauffage aux habitants.
La PJ enquête sur des notes de restaurants et hôtels dans des établissements parisiens prestigieux. « Je n’ai rien fait d’illégal », clame le maire PS, indiquant qu’il exerçait la présidence de la SEM sans rémunération et qu’il bénéficiait de frais de représentation.

Le Parisien Val-d’Oise produit un extrait d’un courrier adressé au procureur de la République de Pontoise signé de l’Association de citoyens pour la défense et la transparence des finances de la commune de Sarcelles. Une lettre qui aurait déclenché les investigations.

Concernant les notes de frais montrés du doigt par l’association, François Pupponi explique dans Le Parisien: "je certifie que ce sont des frais de représentation qui s’élèvent à 13000 euros sur cinq ans. Et tout est justifié par mon activité. A l’époque je faisais des négociations qui s’élevaient à plusieurs millions d’euros". Des négociations qui justifieraient, selon l’intéressé, les frais de restaurants et hôtels.

Mais dans son courrier adressé au procureur, l’association s’interrogeait sur "des nuitées dans des hôtels de luxe à dates correspondant à des événements liés à la vie du parti politique de l’intéréssé"

Le maire de Sarcelles s’en était expliqué dans un entretien, en juillet 2007 à nos confrères de L’Echo-Régional : "J’ai fait trois déplacements en province dans le cadre de mes activités professionnelles. À Nantes, c’était pour le congrès des HLM, où j’ai pu rencontrer des responsables de Dalkia et de la Caisse des dépôts et consignation. À Lille et au Mans, c’est vrai, c’était pour assister à des événements du Parti socialiste (États généraux du projet et congrès du PS Ndlr). Mais pas seulement. J’y allais également pour honorer des rendez-vous liés à la Sem. Dans ces cas-là, la Sem ne payait pas tous les frais de déplacement mais seulement la moitié".

Le maire n’a pas été entendu, à ce jour, par les enquêteurs. "Je suis à la disposition de la justice", déclare-t-il. Selon le Parisien, la PJ a auditionné le responsable de l’association de Sarcelles et l’ancien directeur de la Sem Chaleur ainsi qu’un ex membre du cabinet du maire.

François Pupponi se dit convaincu de faire l’objet d’une "tentative de manipulation politique et pas forcément de personnes de droite. Je me réserve d’ailleurs le droit de porter plainte contre eux". Le député maire de Sarcelles n’a cité aucun nom.