Le hideux mais pratique autopont de Bezons chargé de fluidifier le trafic entre Nanterre (Hauts-de-Seine) et Houilles-Sartrouville (Yvelines), a été démonté ce week-end. Il fera place à une gare de tramway.

  Entre cette photographie et le panorama d’architecte de la « tête de pont » de Bezons, il s’écoulera quatre années : le temps d’aménager la ligne de tramway qui doit relier la ville du sud du Val-d’Oise à la Défense et au tramway déjà en service entre le quartier d’affaires et Issy-les-Moulineaux. Tout le week-end, des grues géantes ont servi à démonter la chaussée métallique avant le sectionnement et l’enlèvement de piliers également métalliques.

L’autopont de Bezons était devenu le symbole du « tout automobile » après sa construction à la fin des années 1960. Pour rendre le trafic plus fluide, on avait rasé le dernier quartier ancien du « village » de Bezons. Sans résultat probant car il faut en période d’affluence jusqu’à une heure pour parcourir en voiture les cinq kilomètres qui séparent Bezons de La Défense.

Avec le tramway sur site propre, le trajet devrait prendre quelque neuf minutes à une vitesse moyenne de 30 kmh et un rejet de CO2 égal à zéro. La démolition de l’autopont a attiré tout le week end des milliers de curieux, satisfaits du spectacle…