Les Respirations d’Enghien réunissent les acteurs industriels, scientifiques, politiques autour de problématiques liées à l’eau, l’air et la santé.
Le pari des Respirations, pris par les médecins ORL d’Enghien-les-Bains avec la Ville il y a quatre ans, était de réunir toutes les connaissances acquises dans le domaine de la qualité de l’air.

 Le 14 novembre, politiques, industriels et scientifiques se réuniront ainsi à nouveau pour échanger sur l’impact de la qualité de l’air et de l’eau sur notre santé, et les orientations à suivre pour parvenir à un environnement plus sain.

Parmi eux, nombreux fourniront une expertise scientifique dans leur domaine. Mais certains présenteront aussi des innovations concrètes dans le domaine privé. Et il y a fort à parier que le marché des produits et services environnementaux pourrait être l’une des issues économiques à la crise contemporaine des marchés financiers. C’est ce que soulignait encore Sylvie Faucheux, présidente de l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines, dans un quotidien (l’édition du metro du 15 octobre). « Le marché mondial des produits et services liés à l’environnement devrait doubler pour passer de 1 370 milliards de dollars par an actuellement à 2 740 milliards vers 2020. » Elle présentera ainsi dans la matinée du 14 novembre les formations professionnelles, les nouveaux métiers et les missions propres à ce secteur du développement durable. Ce sera aussi le propos de Robert Bell, doyen de la Faculté d’économie de Brooklyn et auteur de la Bulle verte (Scali), qui sera présent dans l’après-midi du 14 novembre pour décrire la nouvelle « ruée vers l’or des énergies renouvelables ».

Ce sera aussi le cas dans le domaine institutionnel. On entendra ainsi Valérie Pécresse, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, qui évoquera les nouvelles dispositions prises par l’État pour le fonds “démonstrateur recherche“ piloté par l’ADEME et qui consacrera quatre cents millions d’euros sur quatre ans.

Jacques Pellissard, président de l’Association des maires de France, interviendra au sujet de l’action des collectivités locales, ainsi que des personnalités comme Wynecta Fisher, chargé des affaires environnementales à la Nouvelles Orléans. L’ouverture internationale du colloque permettra ainsi de questionner les effets sur l’équilibre géopolitique. La journée, ouverte à tous les publics, du scolaire à l’universitaire chevronné, s’achèvera à 18h30, avant la remise aux collectivités et aux industriels des Trophées Oxygène et Eau animée par Jérôme Bonaldi au Théâtre du Casino, à 20h30. Le concours récompensant les plus belles créations visuelles et les slogans des scolaires s’y cloturera aussi.

Un défi d’adaptation pour les sociétés modernes

Notre évolution face aux bouleversements climatiques sera le grand thème de la journée du 15 novembre, animée par la journaliste Marie-Odile Monchicourt, avec la présence de Hervé Le Treut, directeur de recherche au CNRS, André Brahic, astrophysicien au CEA, et plusieurs représentants de la coordination nationale “médecine santé environnementale“. Professeur de mécanique à l’École polytechnique, Hervé Le Treut ouvrira cette session grand public. Il explicitera l’activité du Laboratoire de météorologie dynamique qu’il dirige et évoquera le cycle de l’eau et ses transformations liées au réchauffement climatique. Astrophysicien et professeur à l’université Paris VII, André Brahic sera présent en tant que planétologue. Il animera une conférence sur l’eau et l’atmosphère sur les planètes.

Et les interrogations ne manquent pas Pourquoi de l’eau liquide sur terre et pas sur les autres planètes ? Quelle est la relation entre l’eau et l’atmosphère des planètes ? En parallèle à cette journée grand public, ainsi que le dimanche, les médecins concernés par les pathologies liées à la qualité de l’air se réuniront à travers conférences et ateliers.