Le groupe britannique Hammerson, copropriétaire du centre commercial régional des 3 Fontaines , a renoncé au projet d’extension négocié depuis trois ans avec les élus de l’agglomération de Cergy-Pontoise.
L’opposition de la plupart des élus de droite et de gauche, avivée par les dernières municipales, semble avoir découragé le promoteur commercial davantage que la crise économique.

« Notre actif n’est pas à vendre, mais si quelqu’un fait une offre, on l’étudiera avec attention », confie un acteur du groupe Hammerson.

 Le projet d’extension du centre commercial des 3 Fontaines était ambitieux : l’actuel centre (70 000 m2) était entièrement rénové, les parkings (environ 3500 places) reconstruits pour y ajouter 1500 places et 30 000 m2 de commerces ajoutés, dont de grandes enseignes de prêt-à-porter. Le groupe Hammerson ambitionnait de faire de cet équipement vieillissant le plus grand centre commercial du nord de Paris, en y investissant 260 millions d’euros Un projet avec divers équipements publics, dont la refonte complète de l’accès n°9 de l’autoroute A 15.

 Le projet, péniblement négocié depuis trois ans avec l’appui de Dominique Lefebvre, n’aura pas résisté au climat délétère des dernières municipales dans les douze communes de l’agglomération de Cergy-Pontoise. Le refus de l’extension est devenu un argument de campagne populaire à droite comme à gauche , alimenté par une pétition de petits commerçants. Critique pour son soutien au projet, Dominique Lefebvre a lui-même difficilement sauvé son fauteuil de maire de Cergy et président du conseil d’agglomération. Et depuis mars 2008, la polémique ne cessait pas.

Alors que la crise économique commence à produire ses effets, c’en était trop pour Christophe Clamageran qui a pris le 1er octobre dernier la direction effective d’Hammerson France après avoir longtemps présidé Meunier immobilier d’entreprise, filiale de BNP-Paribas Immobilier. Selon de bonnes sources, dès le 2 octobre le groupe Hammerson a choisi de jeter l’éponge.

La renonciation au projet d’extension des 3 Fontaines a été accueillie avec satisfaction par Philippe Houillon, député-maire de Pontoise (UMP), chef de file de l’opposition de droite à la communauté d’agglomération, mais aussi par des «poids lourds» du PS qui ont bataillé contre le projet, comme Alain Richard, maire de Saint-Ouen-l’Aumône, ancien ministre de la Défense.

 Reste à deviner l’avenir des 3 Fontaines, construites en 1972 comme le « cœur de la ville nouvelle » et qui n’a subi qu’une rénovation légère en 1998. Du côté d’Hammerson, on dément modérément un désengagement qui pourrait aller jusqu’à la revente de ses parts du centre commercial.

« Notre actif n’est pas à vendre, mais si quelqu’un fait une offre, on l’étudiera avec attention », confie un acteur du groupe qui ajoute : « Je doute que cette issue favorise le petit commerce local en crise. Les choses ne se passent jamais comme ça ».