Reçu dans la soirée à l’Elysée, le comité de pilotage de la table ronde des élus, représenté par des maires de gauche et de droite, a obtenu des conseillers de Nicolas Sarkozy une deuxième réunion. La discussion se poursuivra dans deux semaines, dans le cadre de l’élaboration de la charte du développement durable de Roissy.

A la sortie de l’Elysée, on pouvait apercevoir un brin de satisfaction sur les mines des maires du département. Pas de triomphalisme à l’arrivée, mais le point positif à retenir est que « la discussion avec le gouvernement vient de s’engager », indique le maire PS d’Argenteuil, Philippe Doucet. Visiblement le coup de force des 94 communes rassemblé le 20 septembre dernier au Trocadéro aura eu un réel impact. C’est en organisant un conseil municipal géant que les élus et les associations ont relancé la mobilisation pour obtenir un couvre-feu nocturne contre les vols de nuit à Roissy et au Bourget.

Deuxième acte dans 15 jours

Les maires de Gonesse, Saint-Prix, Soisy-sous-Montmorency, et d’Argenteuil, ont à nouveau rendez-vous dans deux semaines pour participer à la mise en œuvre de la charte du développement durable de Roissy. Cette fois ils se retrouveront au ministère des transports en compagnie de Christian Blanc, Secrétaire d’Etat chargé du développement de la région capitale. « Christian Blanc doit s’exprimer en décembre sur le grand paris. Notre réunion doit s’intégrer dans ce débat avec les problématiques du développement économique et environnemental de l’aéroport. On ne pourra pas arrêter les vols de nuit brutalement, mais il faut au moins une diminution substantielle du trafic aérien nocturne », a déclaré Jean-Pierre Blazy, maire PS de Gonesse.

Egalement présent ce soir à l’Elysée, l’ADVOCNAR. La principale association de lutte contre les nuisances aériennes rappelle le nombre important de mouvements entre 22 heures et 6 heures. Au total 170 vols de nuit. Heathrow à Londres, premier aéroport en Europe, n’enregistre que 16 vols de nuit.

C.O