Après Berlioz, Dvorak, Beethoven, Mozart, Fauré c’est à Haendel avec son « Messie » d’être célébrer par les élèves et les professeurs des conservatoires de Villiers-le-Bel, Arnouville-lès-Gonesse, Garges-lès-Gonesse et Sarcelles.

« En réunissant des solistes, des choristes, des  musiciens, des agents des quatre villes et de Val de France, ce projet contribue à faire avancer l’intercommunalité », indique Val-de France.

Le Messie d’Haendel

Solistes, Orchestre et Chœurs des conservatoires de musique de Val de France
Direction d’orchestre Pierre Deville, coordination des chœurs : Rémy Hermitant

Samedi 29 Novembre 2008 à 20h30  à Garges-lès-Gonesse
Espace Lino Ventura, avenue du général de Gaulle
Réservation obligatoire au 01 34 53 31 00

Dimanche 30 novembre 2008 à 16h à Villiers-le-Bel
Espace Marcel Pagnol, rue Gounod
Réservation obligatoire au 01 34 04 13 20

Samedi 6 décembre 2008 à 20h30 à Sarcelles
Eglise Saint Pierre-Saint Paul, rue de l’Eglise
Réservation obligatoire au 01 34 38 20 85, auprès de l’Office Culturel Municipal

Dimanche 7 décembre 2008 à 16h à Arnouville-lès-Gonesse
Espace Charles Aznavour, avenue Paul Vaillant Couturier
Réservation obligatoire au 01 34 45 97 19

Pour chaque concert, l’entrée est libre dans la limite des places disponibles

LE MESSIE DE HAENDEL

Ce monument de la musique baroque est resté depuis sa création extrêmement populaire, en particulier dans le monde anglo-saxon.

Georg Friedrich Haendel, compositeur d’origine allemande, naturalisé britannique, est né le 23 février 1685 à Halle et décédé le 14 avril 1759 à Londres. Grand homme d’opéras, il écrit le Messie sur un texte de la bible au service duquel il met toutes les ressources de son langage musical dont le naturel et la simplicité font la force.

Le mot Messie signifie littéralement « oint du seigneur » et désigne dans la religion juive l’envoyé de Dieu qui doit libérer les hommes. Pour les chrétiens, le Messie, c’est Jésus-Christ, dont la venue est annoncée par l’Ancien Testament.

Le livret du Messie est structuré en trois parties. La première, qui chante la Nativité s’appuie sur les Evangiles et sur les Psaumes. La deuxième partie relate la Passion telle que la transcrivent les Psaumes encore mais aussi Saint Paul et les Prophètes. La troisième et dernière partie met en scène la Résurrection toujours d’après Saint Paul.

Le texte qu’utilise Haendel ne relate pas simplement la Nativité, la Passion et la Résurrection du Christ mais propose une réflexion sur la rédemption de l’humanité, sur le combat de la lumière et des ténèbres et enfin sur la relation entre Dieu et les hommes.