Mise en service depuis un mois la déviation de la RD 922 entre L’Isle-Adam et Beaumont-sur-Oise, est vécue comme une bénédiction par les habitants et le maire de Mours, qui espèrent une résurrection du village.

 Malgré de petits programmes immobiliers récents et la proximité de la gare SNCF de Presles-Nointel , la commune de Mours voyait la population diminuer inexorablement : 1 487 habitants au recensement de 1999, contre 1407 aujourd’hui. La faute à une urbanisation pavillonnaire qui a vite saturé le Plan d’occupation des sols (POS). Et au trafic incessant sur la départementale 922 reliant Beaumont-sur-Oise à la D 16 (Paris-Beauvais-Amiens) et à l’autoroute A 16. Les riverains se sont découragés de réparer leurs maisons. Coupé en deux, le village présente un aspect d’abandon.

Mais le maire Joël Bouchez (sans étiquette) reprend espoir depuis la mise en service de la « déviation de Mours », qui vient de faire disparaître l’insupportable trafic de transit. Jeudi 20 novembre, des engins de travaux public s’activaient à requalifier la rue centrale.

« Nous allons développer un vaste programme d’embellissement et de dynamisation de la commune », promet le maire. Dans un mois, un dépôt de pain va ouvrir, complétant un petit commerce de centre ville menacé de disparition.

Principal défi à relever : une offre de logement pour les jeunes, aujourd’hui incapables de fonder un foyer sur place. Echappant au dispositif de la loi SRU, Mours offre en tout et pour tout… un seul logement locatif social ! Le maire espère faire modifier le POS, pour construire quelques logements collectifs près de la gare SNCF, située à un kilomètre seulement du centre ville.