Jean-François Bernardin, président de l’Assemblée des chambres française de commerce et d’industrie (ACFCI) est inquiet pour l’avenir de Cergy-Pontoise après la décision du groupe Hammerson de renoncer au projet d’extension, en raison semble-t-il des trop fortes oppositions politiques locales… et de la conjoncture économique générale. Interview.

 VOnews – Monsieur Bernardin, en tant que président de la Chambre de commerce et d’industriel interdépartementale de Versailles-Val-d’Oise-Yvelines et comme président de l’ACFCI, comment appréciez-vous la décision du groupe Hammerson ?

Jean-François Bernardin – C’est une décision, si elle est confirmée, que Cergy-Pontoise risque de payer cher. Les 3 Fontaines, qui constituent le cœur de l’agglomération, risquent de se dévitaliser petit à petit. Or l’activité économique et commerciale de Cergy-Pontoise a besoin d’être fortement soutenue. L’agglomération a besoin de s’appuyer sur l’attractivité d’un centre commercial modernisé, susceptible d’attirer des enseignes haut de gamme.

VOnews – Comprenez-vous les inquiétudes des petits commerçants qui ont pétitionné contre l’extension des 3 Fontaines ?

Jean-François Bernardin – Je la comprends et ils sont dans leur rôle. Mais le développement de l’hypermarché Leclerc à Osny, de sa galerie commerciale, de la zone commerciale voisine de l’Oseraie, de l’hypermarché Leclerc de Saint-Ouen-l’Aumône, du supermarché Champion de Puiseux, du centre Art-de-Vivre d’Eragny ont-ils porté atteinte au petit commerce de centre-ville ? Bien au contraire. L’attraction d’un grand centre commercial profite à tous, crée des emplois, constitue un pôle de prospérité.

VOnews – Qui est responsable de cet échec ? La pression des petits commerçants sur les élus ?

Jean-François Bernardin – Pierre Mendes-France, l’un des meilleurs premiers ministres français, avait dit un jour : « Gouverner, c’est prévoir ». Que les élus subissent des pressions est dans l’ordre des choses. Qu’ils y résistent au nom de l’intérêt général, d’autant que cet intérêt général est également dans celui bien compris des petits commerçants, c’est leur devoir. Je ne connais pas les raisons qui ont poussé le groupe Hammerson à jeter l’éponge – puisqu’ils n’ont pas voulu s’expliquer là-dessus – , mais j’imagine leur déception face à quelques élus réticents et hostiles au projet. Décider d’investir un quart de milliard d’euros dans la rénovation-extension du centre commercial des 3 Fontaines, c’était prendre un gros risque qui méritait le soutien ferme et loyal de l’ensemble des élus de l’agglomération.

VOnews – Que risque l’agglomération aujourd’hui ?

Jean-François Bernadin : – Si par exemple l’enseigne Auchan décidait de se retirer des 3 Fontaines, où ses conditions d‘exploitation sur deux niveaux sont difficiles voire décourageantes, on verrait s’accélérer la paupérisation du centre commercial, accompagnée d’actes de vandalisme et d’insécurité.

Le destin du centre commercial des Flanades à Sarcelles devrait faire réfléchir ceux qui aujourd’hui croient pouvoir triompher. Franchement, je ne vois pas en quoi l’étranglement des 3 Fontaines aidera le petit commerce des villes voisines, bien au contraire !