Dans une lettre ouverte à Marie-Georges Buffet qui lui a succédé à la tête du PCF, Robert Hue, 62 ans, ancien secrétaire national du Parti communiste français, sénateur du Val-d’Oise, annonce sa démission du Conseil national, l’instance collégiale de direction.

 « Je veux t’annoncer ma décision de quitter le conseil national du parti (…) je mesure la gravité de ce choix politique mûrement réfléchi. (…) Je ne pense pas que la forme actuelle du parti – pas plus que sa stratégie – soit la réponse appropriée aux nouveaux besoins politiques qu’appelle la société française, et je pense particulièrement aux jeunes ».

C’est un véritable pavé dans la mare qu’a choisi de lancer Robert Hue, par ailleurs sénateur du Val-d’Oise président de la fondation Gabriel-Péri, à la veille du congrès du PCF. Dans une interview au Parisien de samedi 29 novembre, Robert Hue explique qu’il « ne croit pas et encore moins de vouloir rejoindre le parti socialiste.

Né le 19 octobre 1946 à Cormeilles-en-Parisis de parents ouvriers et communistes, Robert Hue est élu en 1977 maire de Montigny-lès-Cormeilles et constamment réélu par la suite. En 1987, il entre au Comité central du Parti communiste puis en 1990 au Bureau politique. En 1994 Georges Marchais fait de lui son successeur. Il restera secrétaire national du parti communiste jusqu’en 2001 et en deviendra président de 2001 à 2003.

En 1995, il recueille 8,7 % à l’élection présidentielle, mais seulement 3,37 % en 2002. Il est sénateur depuis 2004.