Didier Arnal, président (PS) du conseil général du Val-d’Oise et Alain Leikine, vice président en charge du développement économique, ont annoncé une série de mesures anti-chômage à l’occasion d’une première conférence départementale pour l’emploi, rassemblant les principaux partenaires économiques.

 « Nous sommes décidés à tout faire en faveur des Valdoisiens les plus fragilisés par la crise financière et économique. Le Conseil général peut être un accélérateur de création de richesses et d’innovations solidaires », a expliqué vendredi Didier Arnal à l’issue de la première Conférence départementale pour l’emploi. Celle-ci rassemblait des responsables aussi divers que l’ANPE, le tribunal de Commerce, la Chambre de Commerce, le Medef du Val-d’Oise…

A l’issue d’échanges qui ont duré tout l’après-midi, il a été décidé de mettre en réseau les différentes initiatives, de créer une cellule de veille économique partagée avec la préfecture, les syndicats et la Chambre de commerce et de développer trois plateformes d’initiative locale. « Avant la crise, les clignotants étaient déjà à l’orange dans le Val-d’Oise, à présent on assiste à la reprise du chômage avec 43 712 demandeurs d’emploi en octobre 2008 », a déploré Alain Leikine.

Il y a un véritable décrochage de l’emploi salarié dans le Val-d’Oise, beaucoup plus accentué qu’en Ile-de-France, avec une baisse de la création d’entreprises et des menaces sur de nombreuses entreprises, notamment dans le secteur de la sous-traitance automobile.

Selon le président du tribunal de Commerce, Jean-Claude Mayer, il y a déjà une hausse de 20% des procédures de redressement ou de liquidation judiciaire. En particulier, de nombreuses agences immobilières ont menacées de disparition.

La priorité du président du Conseil général est de renforcer la formation et la qualification des salariés, de développer les transports et permettre l’insertion et le retour vers l’emploi des personnes en difficulté.