Après avoir claqué la porte du Conseil national du PCF il y a deux semaines, le maire de Montigny-les-Cormeilles a annoncé mardi la création du Nouvel espace progressiste (NEP). Ce mouvement est une association qui devrait à  terme devenir un parti politique.

Le Nouvel espace progressiste est né. « Rien à voir avec la NEP (Nouvelle politique économique) de Lénine », s’en amuse Robert Hue. Après plusieurs années de silence, l’ancien secrétaire général du Parti communiste français, qui a quitté ses fonctions en 2003 après son échec à la présidentielle, a fait mardi son retour sur la scène politique. « La crise du capitalisme nous impose de penser à une nouvelle société, plus juste et plus égalitaire », a expliqué le sénateur du Val-d’Oise.

Le NEP est d’abord une offensive contre le PCF et son actuelle direction. Il y a deux semaines, Robert Hue a envoyé une lettre à Marie-George Buffet pour lui indiquer qu’il ne souhaitait plus faire partie du Conseil national du parti communiste. « Je suis dans une démarche de quitter le PCF. Dans l’immédiat, je garde ma carte du parti. J’ai dirigé ce mouvement cinq ans après après l’effondrement du soviétisme. Ma culture du passé est trop forte pour tourner la page aussi rapidement », analyse le seul membre et fondateur du NEP.

Cette initiative devrait contribuer au morcellement de la gauche. Le NEP pourrait ainsi avoir du mal à trouver sa place aux côtés du Nouveau parti anticapitaliste d’Olivier Besancenot et du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.

C.O

http://www.dailymotion.com/embed/video/x7ocfi