« Ce sont les VRP de Veolia ». Le slogan a été maintes fois répété jeudi soir dans les rangs du public venu nombreux assister à l’assemblée générale du Syndicat des eaux d’Ile-de-France (Sedif) qui s’est finalement prononcé en faveur d’un renouvellement du contrat passé avec Veolia.

 Le 10 octobre dernier, le bureau du Sedif (Syndicat des eaux d’Ile-de-France), qui gère l’approvisionnement en eau de 144 communes parmi les plus importantes de la région, avait déjà examiné le contrat passé avec le groupe privé Veolia, qui arrive à expiration le 31 décembre 2010. Ce contrat a suscité de nombreuses protestations des associations de consommateurs et des écologistes, qui dénoncent l’inflation du prix de l’eau. La ville de Paris a entendu ces protestations et remunicipalisé sa gestion de l’eau. L’eau du robinet coûterait beaucoup plus cher lorsqu’elle est distribuée par Veolia, selon les associations d’usagers.

Les délégués du Sedif se sont réunis jeudi soir à l’usine de l’eau de Choisy-le-Roi. L’orientation vers une délégation de service avait les faveurs des délégués des municipalités classées à gauche, mais pas de celles – majoritaires – qui se rangent derrière le président du syndicat, André Santini (Nouveau centre). La majorité des 144 délégués du Sedif, qui se prononcent souverainement, a voté une nouvelle gestion privée de l’eau pour les 144 communes concernées, représentant quelque 4 millions de Franciliens.

Un appel d’offres international sera lancé mi-2009 dans le cadre du Code des marchés publics mais les associations d’usagers ne doutent pas qu’il soit remporté par Veolia, le mieux placé des opérateurs privés