Quatre mois après le début de l’opération « Rest’O Collège », qui permet de bénéficier de repas à la cantine à moindre coût dans 37 collèges du Val d’Oise, le Conseil général veut dresser un premier bilan avant la généralisation du dispositif.

 Mardi 16 décembre, Didier Arnal, président du Conseil général et Gérard Sébaoun, vice-président en charge de l’Éducation, présenteront le bilan de la mesure, après quelques mois de mise en œuvre qui ont permis d’en étudier les effets dans les détails.

En lançant cette mesure qui instaure un tarif de restauration scolaire plus juste pour les collégiens valdoisiens, la nouvelle majorité voulait mettre fin à ce constat inacceptable : trop de collégiens ne mangent pas au restaurant scolaire parce que leurs parents n’ont pas les moyens de le leur payer.

Double objectif de ce tarif fondé sur la mise en place d’un quotient familial : permettre au plus grand nombre d’accéder à la cantine et leur proposer un repas plus équilibré. Certaines familles bénéficient ainsi d’un prix inférieur à 1 euro.

Avant la mise en place de cette mesure, dans certains de ces établissements, seuls 6 % des élèves étaient demi-pensionnaires. Depuis le mois de septembre, 37 collèges publics du Val d’Oise des secteurs Plaine de France et de l’agglomération d’Argenteuil-Bezons, territoires où les chiffres étaient les plus alarmants, expérimentent ce dispositif. Mardi le président du Conseil général dira si le dispositif Rest’O collège a permis d’élever ces chiffres.