La Fédération du PCF rendait hier un hommage à Gabriel Péri, fusillé par les nazis le 15 décembre 1941 et qui fût député de la circonscription de Seine et Oise incluant Argenteuil et Bezons. Lors de cette cérémonie, Jean-Michel Ruiz, secrétaire départemental du PCF a assuré que le maire de Montigny était toujours au PCF
 
Jean-Michel Ruiz a excusé Robert Hue, qui n’était pas présent, et assuré que le maire de Montigny était toujours au PCF : « Robert est toujours adhérent de notre parti et le fait de ne pas vouloir participer à la direction nationale et de se poser légitimement des questions, que par ailleurs je juge très pertinentes, ne l’écarte en aucun cas d’un parti qui doit travailler mieux à respecter la diversité d’opinions, à favoriser l’expression de celle-ci et à admettre clairement qu’elle est une véritable richesse ».

Dans son allocution, le secrétaire départemental du PCF a également retraçé le parcours politique de Gabriel Péri insistant sur son engagement en faveur de l’Espagne républicaine combattant Franco et sur son opposition à la politique de non intervention prônée par le gouvernement de Léon Blum.
Fusillé par les nazis le 15 décembre 1941, le nom de Gabriel Péri a été transcendé par les poésies d’Aragon et Eluard.

Gabriel Péri était connu dans la circonscription pour son engagement de terrain allant jusqu’à tenir des permanences dans les cafés. Elu en 1932, réélu en 1936, il liait ses actions locales et ses convictions politiques. Il déclarait ainsi lors d’une remise des prix aux élèves de l’école des métiers d’Argenteuil en 1935 : « La vérité, c’est que l’économie a été révolutionnée par la technique, mais qu’elle est prisonnière des formes politiques et sociales retardataires ».

« L’esprit d’ouverture, le courage, son combat contre le capitalisme, pour l’émancipation humaine, restent d’actualité pour tous les communistes », a souligné Jean-Michel Ruiz

Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Dominique Lesparre, maire de Bezons et vice-président du Conseil général, Marie-José Cayzac, Conseillère générale d’Argenteuil, Mouloud Bousselat, président du groupe communiste à la Mairie d’Argenteuil et secrétaire de la section du PCF et Roger Ouvrard, maire et conseiller général honoraire d’Argenteuil. Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité représentait le journal dont Gabriel Péri fût le responsable du service politique étrangère de 1924 à 1939.