D’après le secrétaire régional de la CFTC Paris Nord et conseiller municipal de Pierrelaye, Jean-Paul Jaeger, la gare de Pierrelaye est menacée de perdre son équipe en « heures extrêmes » de 18h30 à 1h30. Il n’y aurait donc plus d’accueil assuré à partir de 20 heures. D’autres gares comme celles de Taverny ou Méry-sur-Oise seraient également concernées.

Fini l’accueil des passagers la nuit dans les gares à moindre affluence. C’est en tout cas ce que redoutent la CFTC et son secrétaire régional sur le réseau Paris Nord. Alors que le Stif en 2004 annonçait sa volonté de réhumaniser les gares, Jean-Paul Jaeger n’hésite pas à parler de « déshumanisation » de celle de Pierrelaye à partir de 20 heures. Jusqu’à présent deux agents SNCF assurent l’accueil des passagers la nuit jusqu’à 1h30 du matin. « S’ils n’ont déjà plus le droit de vendre des billets, ils conseillent les usagers et rassurent pas leur présence » explique Jean-Paul Jaeger, qui ne comprend pas que la gare de Pierrelaye, qui comptabilise 1500 entrants par jour et se situe sur la ligne du RER C et la ligne H de Gare du Nord, soit la première victime de se redéploiement de personnel. 

Mobilisation lundi matin

« La gare de Liesse à Saint-Ouen-l’Aumône effectue 1200 entrants et pourtant elle conserve son équipe « extrême » (18h30 – 1h30) » précise-t-il. Face à cette situation, il a décidé de porter la bataille au niveau syndical bien sûr mais aussi municipal, profitant de son statut de conseiller municipal de Pierrelaye. Lundi matin, il distribuera des tracts pour avertir les usagers de ce projet et leur fera signer une pétition.

5 autres gares concernées

Selon lui, d’autres gares seraient concernées par cette mesure. Sans pour autant avoir de certitudes, les gares de Taverny, Bessancourt, Mériel, Méry-sur-Oise et Saint-Ouen-l’Aumône du quartier de l’Eglise (réseau Saint-Lazare).

Adrien Hilpert