Le conseil régional d’Ile de France a décidé mercredi de débloquer des crédits pour le financement d’une étude de panel sur l’impact sanitaire de la pollution chimique liée au trafic aérien.

 D’un cout estimé à 300000 euros, cette étude par panel est aujourd’hui inscrite pour sa deuxième phase opérationnelle dans le budget régional et fera l’objet d’un appel d’offre dès janvier 2009 pour le lancement de l’étude dès juin 2009. « Sans précédent au niveau mondial,  cette étude a vocation à éclairer nos connaissances sur les éventuelles pathologies liées à cette pollution spécifique », indique le conseiller régional MRC Rachid Adda à l’origine du projet d’étude.

Six groupes de population (3 groupes par ensemble homogène distinct) seront recrutés dans des zones contrastées quant à l’importance de la contribution des plateformes aéroportuaires à la pollution ambiante. Dans ce type d’étude, la population est suivie durant plusieurs mois et les indicateurs sanitaires étudiés sont recueillis de façon prospective. L’objectif sera de mettre en relation l’indicateur de pollution avec l’indicateur sanitaire choisi et d’examiner si la relation dose-réponse diffère ou non entre les trois zones.

Saluée par la mission Dermagne dans son rapport, cette étude sans précédant financée par le Conseil régional d’Ile de France sera un outil utile et complémentaire au groupe SURVOL si ce dernier débouche réellement  sur la création d’une véritable cellule de veille sanitaire scientifique et médicale.