Daniel Canepa, Préfet de la région d’Ile-de-France, Préfet de Paris, a salué l’installation, mi-décembre, de la cellule de veille économique chargée de proposer des solutions concrètes face à la crise. Pour le préfet de région, il s’agit d’un véritable outil nécessaire, susceptible de renforcer l’action des services de l’Etat face à la crise.  A cette occasion, des mesures ont été discutées et envisagées.

Principales décisions :

•    l’extension du contrat de transition professionnelle dans certaines zones d’emploi particulièrement touchées ;

•    la création de « plateformes de transition professionnelle » sur les métiers en tension et dans les secteurs prioritaires, en lien avec le Conseil régional et les branches professionnelles, afin de faciliter l’articulation entre chômage partiel- formation et placement accéléré ;

•    la mise en place d’une stratégie régionale d’anticipation des mutations économiques (actions en faveur des facteurs clefs de la compétitivité des entreprises et de la région) et de revitalisation des territoires (harmonisation régionale des obligations des entreprises).

Un guide pratique « faire face à la crise en Ile-de-France » est en préparation.

Daniel Canepa a, par ailleurs, rappelé à cette occasion son engagement total sur le sujet et sa participation active au Plan de Relance : plusieurs propositions vont être adressées au ministre chargé de la mise en oeuvre du Plan de Relance économique et aux différents ministères concernés, notamment en matière d’enseignement supérieur, d’infrastructures et de logement.

"L’ensemble des outils régionaux existants doit être nécessairement adapté pour répondre aux enjeux posés par la crise, indique la préfecture de région. Ils seront réorientés notamment à destination des secteurs les plus touchés à savoir : l’industrie automobile, le bâtiment, la construction, les agences immobilières, la banque et les assurances, l’hôtellerie-restauration".

Un premier train de mesures a été annoncé par l’Etat, doublé d’une campagne d’information destinée à mieux faire connaître les dispositifs d’aides existants pour les entreprises. En Ile-de-France, sont mobilisés :
 
•    160 Millions € au titre des fonds européens pour financer des projets innovants dans les filières prioritaires et des actions de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ;

•    134 Millions €  au titre des contrats aidés pour l’année 2009, soit plus de 31 000 contrats en volume pour le 1er semestre (23 000 contrats non marchands et 8000 contrats marchands) ;

•     36 Millions € au titre des contrats d’autonomie sur la période 2008- 2011, soit 12 000 contrats pour les jeunes de 16 à 25 ans domiciliés en ZUS et CUCS (coût moyen unitaire/jeune : 3000€).