Depuis 10 ans la Furia Sound Festival ne cesse de grandir et avec le nombre de bénévoles impliqués dans l’organisation du désormais plus grand festival du Val d’Oise. L’association « Vivre Vite » à l’origine de cette manifestation musicale doit comparaître devant le tribunal de Pontoise en avril pour travail dissimulé révèle Le Parisien Val d’Oise dans son édition du jour. Un couac qui ne remet pas en cause la tenue de l’édition 2009 les 27 et 28 juin prochains.


 L’évènement a réuni plus de 20 000 festivaliers sur deux jours à la base de loisir de Cergy-Pontoise en juin dernier. Pour les accueillir, l’association Vivre Vite, organisatrice du Furia Sound Festival, a comme pour la plupart des organisateurs de festivals recours à des centaines de bénévoles. C’est précisément ce point là qui est dans le collimateur du parquet de Pontoise. L’association et sa présidente sont donc assignées à comparaître fin avril devant le tribunal correctionnel de Pontoise pour travail dissimulé.

Bénévoles ou employés?

Pour le parquet, à l’origine de la procédure, les bénévoles travaillant pour ce festival auraient dû être déclarés comme employés. Leur participation n’est « rétribuée » que par un pass donnant accès aux concerts entre 40 et 60€, un tee-shirt, des repas et des rafraîchissements assure de son côté les organisateurs. En 2007, un premier contrôle de l’Urssaf n’avait rien révélé d’anormal. Pour 2008, ce sera au tribunal de tranché fin avril.