Après les récents décès de sans domicile fixe survenus dans le Val d’Oise ces derniers jours (lire l’article), le président du Conseil général, Didier Arnal propose de mettre à la disposition du préfet des moyens supplémentaires afin de mettre à l’abri du danger les personnes les plus fragilisées, dans le cadre du dispositif de veille renforcée mis en place par l’Etat.

La principale mesure prise par le Conseil général concerne l’hébergement d’urgence. Des bâtiments situés à Groslay sont mis à disposition de l’Etat. Il s’agit d’anciennes structures autrefois occupés par une congrégation religieuse. « Aujourd’hui libres, ces locaux disposent de 30 chambres environ mobilisables afin d’accueillir des personnes sans solution d’hébergement » indique le Conseil général. Ces chambres seront opérationnelles, une fois que la préfecture « aura mobilisé les moyens nécessaires » pour les lits, l’accueil, la gestion et l’accompagnement des personnes.

Aussi « les Services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) seront mobilisés pour entrer en contact avec les personnes les plus isolées et vulnérables » précise le Conseil général, qui en est le principal financeur.

Une aide supplémentaire aux associations

Enfin, le Conseil général du Val d’Oise propose de débloquer « une aide supplémentaire à destination des associations particulièrement mises à contribution actuellement afin de répondre aux besoins matériels auxquels elles seraient confrontées ». Si le détail de cette aide n’est pas encore précisé, l’instance indique que « des contacts sont actuellement en cours auprès des principales associations concernées pour recenser ces besoins urgents ». Cette aide exceptionnelle viendrait compléter celle déjà octroyée pour le dispositif d’urgence « qui s’élève à près de 1 million d’euros sur l’année » précise le Conseil général.