Les élus de l’opposition départementale Union pour le Val d’Oise ont, dans une motion déposée lors de la dernière séance au Conseil général, demandé la majorité de se « saisir immédiatement du problème » de la ligne A du RER. Ils demandent également  au président du Conseil général de « veiller à ce que le président socialiste du Conseil régional respecte son engagement de contribuer à ce grand plan d’amélioration de la ligne A du RER à hauteur de 150 millions d’euros. »

 La ligne A du RER est de loin la plus chargée du réseau francilien avec un million de voyageurs par jour ouvrable ce qui en fait également une des lignes au trafic les plus denses du monde. A elle seule, elle assure plus d’un quart du trafic ferroviaire de la banlieue parisienne. Régulièrement saturée, la ligne A doit être l’objet d’un vaste plan d’amélioration. Pour cela, la RATP devrait bénéficier d’une enveloppe exceptionnelle de la part du gouvernement de 450 millions d’euros pour améliorer le service aux voyageurs sur la ligne A du RER. La région également a annoncé qu’elle mettrait la main à la poche.

« Cette enveloppe financière devrait permettre de répondre aux difficultés rencontrées chaque jour par des milliers de franciliens qui empruntent les trains à destination ou au départ de Cergy-le-Haut » estiment les élus du groupe UVO, qui parlent d’« urgence à agir ».  Dans une motion déposée lors de la dernière séance départementale, l’opposition avait déjà souligné l’urgence à prendre des mesures concernant cette ligne A du RER et demandé à la majorité socialo-communiste de se saisir immédiatement du problème.

Dans cette motion, les élus du groupe UVO demandaient  Didier Arnal d’ « inviter, dès la prochaine séance, les représentants des partenaires chargés de la politique des transports (STIF, RATP, SNCF) à présenter un état précis de la situation, de créer un comité de liaison, avec l’ensemble des partenaires, qui sera chargé de se donner des objectifs d’amélioration des services au public et enfin de faire connaître ses ambitions en matière d’amélioration de la qualité du transport et de la desserte, en particulier pour les zones demeurant les moins bien desservies.»

Aujourd’hui, l’opposition regrette « l’absence de réaction immédiate du président du conseil général sur ce grave problème qui devrait faire l’objet d’un consensus départemental. » Les élus d’opposition interprètent ce « silence » comme « une attitude dédaigneuse vis à vis des vrais problèmes quotidiens des Valdoisiens. »

Par ailleurs, les élus de l’Union pour le Val d’Oise demandent au président du Conseil général « de veiller à ce que le président socialiste du Conseil régional respecte son engagement de contribuer à ce grand plan d’amélioration de la ligne A du RER à hauteur de 150 millions d’euros, ce qui serait la moindre des choses vis à vis des Valdoisens et des Valdoisiennes. »