L’activité du marché immobilier francilien a été marquée au cours de l’année 2008, par une chute de 15% du nombre des transactions en Ile de France. Le Val d’Oise n’a pas été épargné par la crise et accuse le coup avec une baisse considérable des ventes d’appartements et de maisons, mais surprise, les prix ne baissent pas partout.


 Le Val d’Oise comme le reste de l’Ile de France, souffre de la crise économique. Avec un pouvoir d’achat des ménages en berne et la difficulté d’obtenir un crédit auprès des banques, autant dire que l’acquisition d’un bien immobilier, d’ordinaire très compliquée, est aujourd’hui impossible pour un très grand nombre.


Un communiqué dressant le bilan des conjonctures immobilières de 2008 en Ile de France, et rendu public par la Chambre des Notaires de Paris, confirme que le Val d’Oise n’échappe pas aux difficultés du marché.


En ce qui concerne la vente des appartements anciens, le Val d’Oise enregistre une baisse de 15,3% des ventes. Pour les appartements neufs, le Val d’Oise reste l’un des départements les moins touché par la baisse:-5.8%.


Véritable contraste avec le marché des maisons anciennes, puisqu’ici le département accuse une baisse de 22,9% des ventes. Parmi les départements de la région, c’est bien le Val d’Oise qui fléchit le plus dans cette catégorie.


Mais de toutes les types de logement, celui des maisons neuves est bien celui qui pâtit le plus de la crise. Dans le département, la baisse des ventes s’évalue à -52,5%.


Cette chute considérable des ventes a (presque) logiquement entrainé une baisse généralisée des prix.


En effet, à Cergy, le prix des maisons anciennes recule de 8,1%, désormais le prix d’achat moyen s’élève à environ 239 000 euros. Baisse également à Goussainville avec -4,8%.


Mais du côté des appartements anciens, la tendance est plutôt à la hausse. Montmorency en tête, avec une hausse de 11,4% des prix, suivi de Sarcelles avec + 6;2% puis Franconville avec +1,9%.


Une conséquence logique puisque les franciliens qui, souhaitant quitter Paris et la proche banlieue où les prix s’envolent, choisissent la Grande Couronne ( Val d’Oise, Yvelines, Essonne, Seine et Marne), pour sa proximité avec Paris mais surtout pour ses prix beaucoup plus abordables.


Camelia Meziane