Selon les statistiques de la préfecture du Val d’Oise, la délinquance générale a baissé de 0,94% en 2008, celle de proximité commise sur la voie publique, de 8,8%. Si les violences urbaines ont dans l’ensemble baissé de 9,3% après le pic de 2007, les violences collectives contre la police ou les pompiers ont doublé et les affrontements entre bandes ont augmenté de 39,3%.

 Les statistiques de la délinquance ont retrouvé leur « plus bas niveau depuis 1998 » affirme la préfecture. Avec une baisse de 0,94%, la délinquance générale poursuit sa décrue de 2007 où elle avait chuté plus nettement de 3,05%. Depuis 2002, les chiffres indiquent une diminution de 13,78%. Une évolution comparable à la situation nationale.

La délinquance de proximité, c’est-à-dire celle exercée sur la voie publique et qui génère le plus le sentiment d’insécurité, a chuté de 8,8%. C’est la deuxième baisse la plus importante depuis 2001, après celle de 14,89% en 2003. Auparavant dénommée délinquance de voie publique, elle regroupe les cambriolages, les vols d’automobiles et d’accessoires, les vols à la roulotte, les destructions et dégradations de biens (sauf incendies et attentats), les vols avec violence et les vols à main armée.

Les violences urbaines ont également chuté en 2008 après une année 2007 marquée par les évènements à Villiers-le-Bel. Les incendies de voitures (-16,64%) et de poubelles (-9,66%) ont reculé. 1137 véhicules ont tout de même été brulés. Les jets de projectiles sont aussi en baisse de 14%. En revanche les violences collectives à l’encontre des services de sécurité, de secours et de santé ont nettement progressé (+53,6%). De même pour les affrontements entre bandes : en 2007, la préfecture en avait recensé 28 contre 39 en 2008.

A noter également le faible nombre d’occupations de halls d’immeubles réprimées: seules trois ont donné lieu à une intervention contre six en 2007.

L’activité de la police et de la gendarmerie en progression

Le nombre d’infractions révélées grâce à l’action des services, c’est-à-dire sans dépôt de plainte, a augmenté de près de 10%. Le taux d’élucidation est également en hausse avec 32,7% d’affaires élucidées contre 30,76% en 2007. Au niveau national, ce taux est porté à 37,6%. Enfin le nombre de gardes à vue a lui aussi augmenté de 2%.

Parmi les activités policières, la lutte contre les économies souterraines a nettement progressé aussi bien dans le nombre d’opérations menées par le groupe d’intervention régional du Val d’Oise (+ 88%) qu’en termes de saisies de stupéfiants (+68%) : en 2007, les forces de l’ordre ont saisi près de 70 kilos de résine de cannabis contre près de 120 kilos en 2008.

Sur le même sujet:
Les chiffres de la délinquance ville par ville

Adrien Hilpert