Les habitants de l’Est du Val-d’Oise sont furieux du nouveau « cadencement » des trains sur la ligne RER D. Samedi à Louvres, les élus de toutes tendances ont rivalisé de paroles de soutien.

 « S-N-C-F, on en a plein les fesses ». C’est l’un des nouveaux slogans du soutien associatif des usagers révoltés (SADUR) , organisateur d’une manifestation samedi devant la gare de Louvres, d’où est parti le mouvement de révolte des usagers.

Environ 400 personnes se sont rassemblées pour entendre les représentants du mouvement et les élus qui arboraient leur écharpe tricolore, parmi lesquels Yanick Paternotte, député UMP de la circoncription, François Pupponi, député PS de Sarcelles, Guy Messager, maire Modem de Louvres, ainsi que les et les maires de la communauté d’agglomération et de la région.

Les usagers sont scandalisés du nouveau cadencement des rames mis en place le 14 décembre par le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif), la RATP et la SNCF. En échange d’un meilleur étalement des rames notamment aux heures creuses, quatre trains ont été supprimés entre Chatelet et Creil pour désengorger le tunnel. Mais les retards et les pannes diverses n’ont pas cessé, allongeant le trajet aux heures de pointe. « C’est bien simple, il y a 25 ans, il fallait 25 minutes pour rejoindre Paris, à présent, il faut quarante minute sen moyenne », proteste un usager.

 L’une des revendications est la rénovation complète de la ligne et de ses matériels, alors que le Stif prévoit plutôt de dépenser 250 millions d’euros pour une liaison rapide Creil-Roissy. « Il faut plutôt trouver 400 millions pour remettre la ligne en état d’ici cinq ans », a revendiqué Yanick Paternotte. Une réunion publique est prévue le 4 février à 20 heures à l’Espace Germinal à Fosses avec des représentants de la SNCF et du Stif.