Selon Didier Arnal, président du Conseil général du Val-d’Oise, sa rencontre avec son homologue des Hauts de Seine n’a pas permis de faire avancer les dossiers communs.

Une rencontre de courtoisie, sans plus : c’est ainsi qu’on semble devoir résumer la récente réunion de Didier Arnal, président socialiste du Conseil général du Val-d’Oise, avec Patrick Devedjian (UMP), qui préside le Conseil général des Hauts-de-Seine. Les principaux dossiers communs concernent l’aménagement de l’A86 entre Nanterre et l’autoroute A 15 d’une part, et le prolongement de l’autoroute valdoisienne à travers Clichy-la-Garenne vers le périphérique, véritable serpent de mer de l’aménagement régional, d’autre part.

Sur ce second dossier, Patrick Devedjian a « botté en touche » vers le maire de Clichy, Giles Catoire (PS), conseiller général, « qui a organisé la fermeture complète au passage dans sa ville », déplore Didier Arnal. Multipliant les constructions de bureaux sur les friches industrielles, le maire de Clichy a effectivement rendu pratiquement impossible le débouché de l’autoroute A15 vers la porte Pouchet initialement prévu. « Il faudra réfléchir à d’autres variantes vers le périphérique », conclut Didier Arnal.

L’autre cauchemar quotidien des automobilistes est la section de l’A 86 entre La Défense et l’A 15, insuffisante pour absorber le trafic. L’idée de la création d’une voie de circulation supplémentaire dans chaque sens a été avancée depuis plusieurs années. Elle aiderait aussi à réduire le trafic sur la voie des bords de Seine entre Bezons et l’A 15, mais les viles de Nanterre et de Gennevilliers n’y semblent pas favorables, pas davantage que le département des Hauts-de-Seine.

Plutôt déçu par sa rencontre avec Patrick Devedjian, Didier Arnal semble reporter ses espoirs de coopération vers une autre structure de dialogue régional, la conférence Métropolitaine, devenue le Syndicat Paris-Métropole. Initié par Bertrand Delanoë, maire de Paris, et « piloté » par son adjoint Pierre Mansat, Paris Métropole permet de mettre autour d’une même table toutes les collectivités concernées par le développement du « Grand Paris ».