Les deux cheminées de la centrale thermique vieille d’un demi-siècle ont été démantelées dans le cadre de la « déconstruction totale » de l’ancienne centrale EDF qui devrait s’achever au plus tard en 2014. Le maire s’inquiète de l’avenir du site.

 À Champagne-sur-Oise, la démolition de l’ancienne centrale EDF a commencé. « On me répète depuis toujours à Electricité de France que l’on envisage de construire une nouvelle centrale avec une turbine à gaz qui travaillerait sur les pics de consommation, mais je n’ai aucune certitude », s’inquiète le maire Joël Berniot (sans étiquette).

La fermeture de la centrale EDF a représenté une véritable catastrophe pour cette commune de 4000 habitants en termes d’emplois, mais surtout de taxe professionnelle. La petite centrale, appelée à intervenir en hiver lors des pics de consommation électrique en Île-de-France avait été construite à partir de 1958. Une première unité de turbine à charbon a été mise en service le 21 juin 1961, et une deuxième le 5 janvier 1965. Du charbon, alors très polluant, on est passé au fioul en 1971 pour l’unité numéro 2, et l’année suivante pour la turbine numéro 1. Le choc pétrolier de 1974 a vite redistribué les cartes : les deux turbines ont été réadaptées au charbon en 1977. Avant d’être définitivement mises hors service voici cinq ans.

Didier Hutin dirige le centre de post-exploitation des sites EDF en jachère. Il gère aussi bien de vieilles centrales thermiques qui ont fermé un peu partout en France (huit au total), que des réserves foncières, des mines de lignite, etc. En Île-de-France, trois centrales thermiques ont été désaffectées ces dernières années. Outre celle de Champagne sur Oise, on en trouve deux en Seine-et-Marne : celle de Vaires-sur-Marne (entre Lognes et Chelles) et celle dite de Montereau (située en réalité entre Vernou-la-Celle-sur-Seine et La Grande-Paroisse.
`
Quel est l’avenir de ces anciennes centrales ? Didier Hutin se veut prudent : « Concernant la centrale de Vaires-sur-Marne, si on m’avait posé la question en 2005 j’aurais pronostiqué la fin de la déconstruction vers 2015. Or EDF a remis des turbines en service, ce qui prouve la réactivité de notre société face aux pics de consommation en Île-de-France. »

À Champagne sur Oise, rien n’est prévu pour le moment, sauf la déconstruction. Outre la démolition des cheminées, et des systèmes de dépollution des fumées, on procède au déstockage des montagnes de cendres, en cours d’évacuation vers des cimenteries. Un nouvel appel d’offres est en préparation pour les phases ultérieures de « déconstruction » qui permettront de faire place nette en principe en 2013 ou 2014. Mais EDF ne semble pas envisager de céder le terrain de 73 hectares situé en limite de Champagne-sur-Oise et de Persan. « C’est un site exceptionnel, on compte bien le conserver, assure Didier Hutin. On peut penser qu’il sera voué à recevoir de nouveaux équipements pour absorber les pointes de consommation. »

Dans cette perspective, EDF envisage d’équiper plusieurs sites d’Île-de-France de turbines pouvant fonctionner aussi bien au fioul qu’au gaz naturel. Champagne-sur-Oise est susceptible de recevoir à terme une nouvelle centrale thermique de ce type. Ce qui comblerait les vœux du maire..