Comédie aigre douce pour 10 comédiens et 3 chanteurs, « Parking des désillusions ou le syndrome Pizza Hut » sera en représentation à l’Antarès, place du Cœur Battant à Vauréal, vendredi 20, samedi 21 mars à 20 h 30, dimanche 22 mars à 17 heures.

 Luc : « (…) On s’est toujours dit qu’on donnerait RV à nos maîtresses sur le parking de Pizza Hut à trois heures du mat’ et puis finalement, euh… personne ne vient, enfin pour l’heure. C’est un fantasme, une illusion, enfin non plutôt une désillusion. »

Cette fresque conte les rapports complexes entre garçons et filles que nous allons suivre de l’enfance à l’âge adulte. « Parking des désillusions ou le syndrome Pizza Hut » désigne ce lieu neutre où les hommes se fourvoient dans l’attente d’une liaison adultère fantasmée. Naufrage d’une fidélité qui ne tiendra pas ou de la recherche de l’âme sœur dans d’improbables cafés spécialisés pour femmes sans hommes. Le speed dating et Internet comme antidotes à la solitude féminine. Ou le poker et le whisky comme somnifère masculin. A défaut de…
Mais l’accident s’est produit avant 8 ans : Pokémon contre Dora, le combat du siècle !
Et s’est revécu à 15 : qui m’aime ici ? Et, fondamental, suis-je caillera ou skater ?
Sans oublier les questions existentielles universelles des adultes : ma coupe tient-elle ? mon spermogramme tourne-t-il rond ?

Nos amis vont se disputer, se réconcilier, se rechercher, s’abandonner, sur un fond gai et triste qui caractérise l’époque actuelle. Ils vont monologuer, chantonner, comparer leurs mérites respectifs dans une compétition amusante et épuisante. La vie, quoi !
Le style d’écriture est volontairement ethnologique, à la recherche d’une actualité du langage puisé aux sources des tribus contemporaines – vous pouvez relire la phrase si vous voulez…

Texte et mise en scène de Jean-Pierre Weyland et la compagnie, assisté de Claudine Boucet Chansons de Jean-Pierre et Jean-Philippe Weyland Création musicale et sonore, photos, affiche : Jean-Philippe Weyland
Chanteurs : Fred Jely, Laurence Poirot et Jean-Philippe Weyland (à la guitare)
Régie plateau : Virgile Guillemet
Lumière : Pierre-Emile Soulié

Avec :
Hélène Brianso (Mathilde) Marie-Hélène Guillemet (Bénédicte) Sophie Guindon (Julie) Virgil Jager (Antoine) Cathie Jely (Maeva) Séverine Linard (Jeannette) Clément Ménager (Christophe, un serveur) Loïc Rottenfus (Luc) Jean-Pierre Weyland (Marc)