Conseil municipal à la fois émouvant et emprunt de sérénité lundi soir 16 mars à Montigny-les-Cormeilles où Robert Hue renonçait à son mandat de maire après 32 années passées à la tête de la ville. Il est remplacé par son adjoint Jean-Noël Carpentier.

 Il n’y a pas eu de larmes, mais une émotion contenue durant le conseil municipal d’une heure trente qui a procédé au remplacement de Robert Hue à la tête de la mairie de Montigny-les-Cormeilles (17 000 habitants, 20 km au nord de Paris) lundi soir. Un simple « passage de relais républicain » a voulu minimiser celui qui reste conseiller municipal, maire honoraire et sénateur du Val-d’Oise. « Nulle nostalgie, car un double sentiment m’habite ce soir : satisfaction et confiance », a expliqué d’emblée l’ancien secrétaire national du Part communiste.

Robert Hue a été élu pour la première fois à 30 ans le 17 mars 1977 dès le premier tour avec 55% des suffrages à la tête d’une liste d’union de la gauche, « à la stupeur de nos adversaires », s’est-il plu à rappeler. Stoppant le bétonnage de la cité (13 nouvelles tours étaient programmée), il s’est révélé un maire consensuel, ensuite facilement réélu.

Le maire démissionnaire ne s’est pas expliqué en détail sur les raisons de son retrait : « Après 32 ans, il est raisonnable de passer la main à quelqu’un non seulement de plus jeune, mais plus encore d’une génération nouvelle. J’ai aussi pensé que cet période éloigné des échéances électorales était le bon moment. Enfin la décision difficile de passer la main peut aussi répondre à des raisons personnelles dont il convient de préserver à chacun – fût-il homme public – le choix intime du moment ».

Jean-Noël Carpentier, 39 ans, a été ensuite facilement élu maire par 28 voix, 2 blancs contre 3 votes en faveur du chef de l’opposition Eric Lamielle. Odile Cantin sera Première adjointe. Philippe Bennab, président du groupe socialiste, le seul élu présent issu de la première équipe de 1977, est Second adjoint chargé des finances.

J.-F. D.