Privée de montée par les instances nationales du football à l’issue de la saison 2004/2005, l’Entente Sannois-Saint-Gratien, confortée par une décision de justice favorable à son encontre, demande aujourd’hui « que l’équité sportive et morale soit respectée en lui donnant accès à la L2 dès 2009/2010. »

 Nouveau rebondissement dans l’affaire de la montée en L2 refusée à l’ESSG à l’issue de la saison 2004/2005. Le 5 février dernier, la Cour Administrative d’Appel de Versailles a condamné solidairement la Fédération et la Ligue de Football Professionnel à verser la somme de 500 000€ de dommages et intérêts à l’Entente. Aujourd’hui, Sannois-Saint-Gratien réclame une conséquence sportive à ce jugement.

« Dans l’hypothèse où la Ligue et la F.F.F avaient appliqué leurs propres règlements en 2004/05, l’Entente aurait été classée 3e du championnat accédant de ce fait à la Ligue 2 dès 2005/06. Au-delà de cette réparation pécuniaire prononcée par la Cour Administrative d’Appel, L’Entente requiert que l’équité sportive et morale soit respectée en lui donnant accès à la L2 dès 2009/10 » indique le club valdoisien dans un communiqué. L’Entente demande donc d’être intégrée au championnat de Ligue2 2009/2010 de manière à réparer le préjudice sportif subi par le club et imagine déjà le scénario à mettre en place.  « Cette solution passerait par un championnat de Ligue 2 à 22 clubs (saison 08/09 : seulement 2 relégations de L2 en National et à l’issue de la saison 09/10 : 2 montées de National en L2 et 4 descentes de Ligue2) » peut-on lire sur le site officiel du club.

Cependant les instances nationales du football ont décidé de se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat à la suite du jugement de la Cour de Versailles, ce qui « renforce un certain goût d’amertume et de gâchis précédemment engendré par la décision de 2004/2005 » fait savoir le club.