Frédéric Aureal, nouveau, directeur départemental de la sécurité publique du Val d’Oise, sera officiellement installé dans ses fonctions lundi 23 mars à 11 heures, dans la cour d’honneur de l’hôtel de police de Cergy. Il est un théoricien et un praticien de la lute contre les émeutes.

Frédéric Auréal, commissaire divisionnaire de la Police nationale, nouveau, directeur départemental de la sécurité publique du Val d’Oise occupait le même poste dans l’Eure depuis 2005. Agé de 48 ans, marié, père de 3 enfants, il est commissaire depuis 1990, après avoir été inspecteur, de 1983 à 1988, à Mantes-la-Jolie. Avant d’être nommé à Evreux, il a occupé les postes de chef de la brigade de répression du banditisme de la PJ de Versailles, chef de la division criminelle de la PJ de Rouen, chef de la sûreté départementale des Yvelines et chef du district de police de Mantes-la-Jolie/Les Mureaux.

Frédéric Auréal est considéré comme un des meilleurs spécialistes policiers des violences urbaines. Sa nomination dans l’Eure n’a pas été le fait du hasard : ce département a été confronté à l’une des pires émeutes de la fin 2005, dans le quartier de La Madeleine, à Evreux. Il a notamment mis en place une section Départementale d’Intervention, un groupe constitué d’environ 30 fonctionnaires, équipés et préparés pour des actions liées aux violences urbaines.

« L’existence de cette unité, sa préparation, sa formation et sa présence sur le terrain ont permis de limiter la gravité des événements », a-t-il expliqué sur le site de la préfecture de l’Eure. « Cette unité nous a permis de faire face à un premier degré d’intervention dans l’attente des effectifs de la compagnie départementale d’intervention des Yvelines, de celle de Seine-Maritime, des CRS, de l’hélicoptère, etc. La décision d’instaurer un couvre-feu, appliqué dans toute sa rigueur, a également été déterminante et a permis de faire respecter l’ordre républicain dans un périmètre donné, sur un laps de temps d’une dizaine de jours. Je souhaite préciser également que, malgré les grandes difficultés à gérer ces violences, à aucun moment il n’y a eu de dérapage ou de violation des règles déontologiques de la part des équipes d’interventions. Toutes les personnes qui ont été interpellées ou placées en garde à vue l’ont été dans le cadre des lois et règlements, sans aucun débordement de la part des forces de l’ordre. »

Objet de félicitations spéciales du préfet de l’Eure lors de son départ, Frédéric Auréal semblait attendu avec impatience par le préfet du Val-d’Oise, qui craint toujours la répétitions d’émeutes urbaines comme celles de Villiers-le-Bel d’octobre 2007. Autant qu’un tacticien, le nouveau, directeur départemental de la sécurité publique est un véritable théoricien du maintien de l’ordre. Il a donné des cours et conférences sur la question aussi bien à l’école de police de Saint Cyr au Mont d’Or qu’aux Cours Tactique pour officiers d’Etat Major de l’ISP de l’Institut Suisse de Police installé à Berne (Suisse), et dans d’autres institutions…

J.-F. D.