L’univers de Mayenburg semble sombre et pourtant il y a dans cette observation du monde en décomposition un regard tellement vif et critique qu’il déclenche forcément à la lecture et sur scène beaucoup d’humour… 
   
Ce qu’en dit la presse :

Europe  1:  "..d’une telle radicalité qu’on en rit ! (…) Les comédiens sont remarquables, tour à tour drôles, émouvants, ou cinglants (…) à mi-chemin entre le drame existentiel et le sitcom déjanté…" 

Libération  : “A la lumière crue des néons s’éclaire un fatras beau comme un terrain vague, triste comme une zone industrielle. Et pourtant, c’est drôle, revigorant, même. Dans leur affliction, ces corps fragmentés puisent l’énergie vitale qu’on trouve au bout du plus grand désespoir. Il en résulte un humour incisif, résolument noir, où les irrévérences pleuvent. Un à un, Mayenburg piétine les tabous de la société occidentale…” http://www.dailymotion.com/embed/video/x8cxvb