Le conseiller général, ancien candidat aux municipales, a déménagé ce week-end la permanence qu’il occupe depuis 2004 en centre-ville. Sous le coup d’une procédure d’expulsion engagée par l’office HLM Argenteuil-Bezons, présidé par le maire PS d’Argenteuil, il va rendre les clefs avec un mois d’avance sur le délai qui lui a été accordé. « Un geste d’apaisement de plus », déclare l’élu qui attend maintenant sa réintégration, et celle de ses partisans, au PS. « Il serait urgent que l’ensemble des forces de gauche se rassemble à Argenteuil pour ne pas laisser un espace à la droite ». Le conseil d’Etat devrait rendre en juin son avis sur le recours en annulation des élections municipales et cantonales.

 « Ce n’est pas sans émotion que je quitte ce local », lâche Alain Leikine avant d’ajouter « je le fais non par soumission mais par conviction. Il serait urgent que l’ensemble des forces de gauche se rassemble à Argenteuil. C’est un geste d’apaisement de plus mais je note que les gestes viennent de ma part et je n’en vois pas paraître du côté de la mairie ».
Le conseiller général, qui ne manque jamais une occasion de rappeler qu’il est « expulsé par un autre socialiste », affirme ne recevoir « toujours aucune invitation  aux manifestations municipales » et ses dernières demandes de réservation d’une salle sur la ville « pour monter une réunion publique sur le bilan d’un an d’activité du Conseil général de gauche » sont restées «  à ce jour sans réponses ».

« Sil les choses ne devaient pas évoluer, il faudrait alors que le PS rappelle ce qu’est une gestion démocratique d’une ville ». Alain Leikine attaque à fleuret moucheté. S’il se refuse à évoquer publiquement une année de gestion Doucet à la tête de la mairie d’Argenteuil alors que la droite vient de publier son « livre noir », on sent qu’il ronge son frein. « J’ai joué jusqu’à présent la solidarité comme me l’ont demandé mes amis », concède-t-il.

Solidaire… mais pour combien de temps ? L’ancien candidat aux municipales semble compenser son abstinence argenteullaise par une boulimie départementale. Vice-président du Conseil général du Val-d’Oise en charge de l’économie, il est de toutes les réunions, rencontre tous les maires. Avec la casquette de président du Ceevo (Comité d’expansion économique du Val-d’Oise), il noue des liens avec les autres départements franciliens, participe aux salons professionnels à travers la France et  représente le Val-d’Oise à l’étranger. Il était en octobre à Dubaï et à Abu Dhabi pour envisager de nouvelles coopérations dans les domaines technologiques avec les Emirats. En mars, il a accompagné au Japon une délégation de responsables d’établissements d’enseignement supérieur de Cergy-Pontoise (Université, Ensea, EBI…) pour développer de nouveaux partenariats dans la province d’Osaka. Il préside également l’Accet qui gère notamment les pépinières d’entreprises et travaille à dynamiser l’innovation économique.

Alain Leikine se freine sur Argenteuil, accélère au Conseil général et ne voit toujours rien venir du parti socialiste.
« J’attends maintenant extrêmement rapidement ma réintégration et celle de mes amis », réagit l’ancien candidat frondeur aux municipales. « Le PS ne peut laisser aucune faille dans son dispositif électoral, départemental et local. Il incombe au premier secrétaire de faire un geste de rassemblement comme je le fais depuis des mois », estime Alain Leikine qui va ouvrir une nouvelle permanence sur son canton « le plus tôt possible pour poursuivre mon action locale pour le Val-d’Oise et Argenteuil »

O.Z.