Si les annonces du président de la République faites hier sur le Grand Paris ont donné lieu à de nombreuses réactions des élus socialistes du département qui visaient toutes à dénoncer la « relégation » du Val d’Oise en dehors de ce projet, l’Union pour le Val d’Oise (UVO) y voit plutôt « l’opportunité de donner un nouveau cap au développement économique du département. »

 Mercredi, droite et gauche n’ont visiblement pas entendu le même discours de Nicolas Sarkozy. Le contraire aurait étonné. Alors que le président socialiste du Conseil général du Val d’Oise y a vu une mise au ban du département, l’UVO l’interprète comme « un appel à la mobilisation générale autour de projets dont il va falloir tirer les pleins bénéfices »

« Quatre grands projets pour le Val d’Oise »

Là où de nombreux observateurs n’ont retenu que la création d’une nouvelle forêt dans le cône de bruit de l’aéroport de Roissy en ce qui concerne le Val d’Oise, la droite avance « quatre grands projets déterminants pour le département ». Dans un communiqué, les élus évoquent pêle-mêle « le port du Havre comme porte d’entrée maritime de la région capitale, la création d’un grand port d’échanges commerciaux à Achères et l’émergence de 2 pôles d’excellence sur la logistique et les échanges internationaux accolés respectivement sur le pôle universitaire cergypontain et à la plate-forme aéroportuaire de Roissy. »

« Il y a, dans ces projets, l’opportunité de donner un nouveau cap au développement économique du département en l’appuyant sur sa situation géographique (convergence de la Seine, du futur Canal Seine Nord Europe, du futur grand port d’Achères) et sur sa proximité avec Paris et ses  principaux aéroports internationaux  (Le Bourget et Roissy) » poursuivent-ils.

La posture de la gauche du Val d’Oise ne serait donc que « politicienne » selon Arnaud Bazin, président du groupe UVO. « Il est curieux d’entendre ceux qui, comme le président du Conseil général, pourfendaient le projet de Grand Paris en soulignant son caractère inutile et dangereux, dénoncer aujourd’hui le risque que le Val d’ Oise pourrait ne pas en faire partie » moquent les élus de droite avant de se déclarer « impatients de voir comment le président du Conseil général et sa majorité vont se servir de cette opportunité historique pour faire du Val d’Oise un département incontournable dans le Grand Paris. »

http://www.dailymotion.com/embed/video/x957n0