La grève des chauffeurs des Courriers d’Ile-de-France (CIF) entamée jeudi soir se poursuit se lundi. Les grévistes bloquaient encore ce matin les dépôts de Goussainville et de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis).

 En pleines négociations salariales, la CGT a appelé à la grève jeudi dernier. Avec le soutien d’autres syndicats comme la CFDT, CFTC, Unsa et FO, elle demande à la direction de revenir aux négociations alors que celle-ci a posé en préalable la levée des blocages. Selon la CGT, la refonte du calcul des salaires pourrait faire perdre environ 300 euros par chauffeur. Une accusation balayée par la direction qui soupçonne le syndicat de préparer ainsi les élections professionnelles de juin.

Aucun bus n’a ainsi pu sortir du dépôt de Goussainville. En revanche à Marly-la-Ville, seule une minorité de chauffeurs est en grève.