Hervé Collet, président départemental du Modem du Val-d’Oise, vient d’annoncer aux militants du mouvement de François Bayrou qu’il s’apprête à démissionner « pour des raisons essentiellement personnelles ». Le score médiocre du Modem aux Européennes (8,30 % dans le Val-d’Oise, légèrement plus faible que le score national) ne semble pas en cause.

C’est au Conseil départemental du Modem, qui s’est réuni à la mairie de Louvres mercredi soir 10 juin, qu’Hervé Collet, bientôt 68 ans, a annoncé son intention de quitter la présidence du Mouvement départemental « pour des raisons essentiellement personnelles ». Le score médiocre du Modem aux Européennes (8,30 % dans le Val-d’Oise, légèrement plus faible que le score national) ne semble pas en cause.

« Cela fait 46 ans que je milite au sein de la mouvance centriste. Depuis deux ans, je suis pratiquement à temps complet pour le Modem, en tant que référent départemental désigné de l’UDF, puis du Modem depuis juillet 2007, et en tant que président élu depuis septembre 2008. Mon investissement dans le Modem fait que je néglige depuis deux ans mon activité professionnelle d’appoint de consultant en communication. Je souhaite la remettre en route. » a expliqué Hervé Collet.

Il doit par ailleurs terminer une pièce de théâtre à caractère historique et se consacrer à Valmorency, une association pour la promotion de l’histoire et de la vallée de Montmorency, qui lui tient à coeur. Enfin il envisage de suivre un troisième cycle en sociologie religieuse. « Et surtout, j’aspire à vivre une vie personnelle plus calme, plus conviviale », a-t-il insisté. Hervé Collet reste président en exercice jusqu’à la désignation de son remplaçant, qui pourrait être Didier Kuhn, responsable d’animation réseaux à Menucourt, son adversaire malheureux aux dernières élections internes.