Après l’intervention de Yannick Boëdec, maire de Cormeilles-en-Parisis, dans l’hôtel de ville d’Argenteuil mercredi dernier, Philippe Doucet explique sa volonté de ne délivrer des passeports biométriques qu’aux habitants de son agglomération. Il attend, par ailleurs, une aide de l’Etat : « Il faut un rehaussement de la subvention de l’Etat car la facture n’est actuellement payée que par les Argenteuillais », explique-t-il. Interview.

VOnews.fr : Philippe Doucet, quel bilan dressez-vous concernant le passeport biométrique dans votre ville au bout d’un mois de fonctionnement ?

 Philippe Doucet : Je ne retiens rien de positif. Je n’ai jamais vu une telle impréparation sur un dossier aussi sensible. Le passeport biométrique n’aurait pas dû être mis en place six semaines avant les grandes vacances mais plutôt en janvier. De plus, nous n’avons pas suffisamment de machines pour pouvoir traiter convenablement toutes les demandes. J’ai actuellement dans ma mairie sept machines dont deux qui ne fonctionnent pas. J’avais demandé le double à l’Etat. D’autre part, mes agents ont été formés à la va-vite et apprennent sur le tas. La création d’un passeport est relativement longue (une demi-heure). Enfin, nous avons évalué à 22 euros le coût d’un passeport pour la ville d’Argenteuil. Or, nous ne percevons que 3€ de la part de l’Etat pour chaque passeport créé. Et encore, il faut savoir que l’Etat ne financera les passeports qu’à partir du 28 juin. Pour le moment, les 22€ sont uniquement à la charge d’Argenteuil.

VOnews.fr : Quelles solutions proposez-vous pour remédier à ces problèmes ?

Philippe Doucet : Il nous faudrait plus de stations. Les opérations demandées pour le passeport biométrique sont assez lourdes (prises d’empreinte, etc.) et prennent du temps. Il faut un rehaussement de la subvention de l’Etat car la facture n’est actuellement payée que par les Argenteuillais. Pour couronner le tout, nous sommes ouverts le samedi matin (ce qui n’est pas le cas de toutes les mairies). Du coup, les gens qui ne peuvent faire leurs démarches que le week-end viennent chez nous.

« Privilégier les habitants de notre agglomération »


VOnews.fr : Comment jugez-vous l’action menée dernièrement par Yannick Boëdec, le maire (divers droite) de Cormeilles-en-Parisis, vous parleriez d’ingérence ?

Philippe Doucet : Il a fait son boulot de maire. Je ne lui en veux pas.
Bezons est la seule ville à qui nous délivrons des passeports car elle fait partie de notre agglomération. J’ai décidé de privilégier les habitants de notre agglomération car je n’ai pas assez de machines et d’agents pour pouvoir accueillir tout le monde. Je n’ai absolument rien contre les habitants de Cormeilles. L’autre jour, des gens venant de Lyon et de Strasbourg ont voulu faire leur passeport biométrique à Argenteuil et mes agents les ont également refusés. Notre mairie n’est pas la seule à être en difficulté sur ce dossier.

VOnews.fr : Êtes-vous proche d’un compromis avec Yannick Boëdec ?

Philippe Doucet : A Cormeilles, il y avait un agent qui était en charge des passeports et qui a été mis dans un autre service depuis l’arrêt de la délivrance des passeports au sein de leur mairie. Si Monsieur Boëdec me met cet employé à disposition, je lui trouverai un bureau et il pourra se charger sans problème des passeports biométriques des Cormeillais. J’attends sa réponse.

« Nous n’avons jamais voulu accueillir les passeports biométriques »

VOnews.fr : Le préfet vous a envoyé une lettre de mise en demeure.
Qu’allez-vous faire maintenant ?

Philippe Doucet : Nous sommes en train de composer notre réponse au préfet. Le préfet nous demande de respecter la loi mais j’aimerais qu’il prenne en compte nos requêtes quand nous en avons. Cela fait longtemps que je réclame plus de policiers pour la ville d’Argenteuil ainsi que la mise en place d’une UTEC (ndlr : unité territoriale de quartier). Ma sollicitation reste lettre morte. Or, c’est directement de la compétence du préfet.

VOnews.fr : Yannick Boëdec parlait de solliciter le préfet pour pouvoir faire les passeports biométriques dans sa ville. Pensez-vous que ce soit la meilleure solution ?

Philippe Doucet : Il faut bien savoir que nous n’avons jamais voulu accueillir les passeports biométriques mais que cela nous a été imposé.
Mais je comprends que d’autres maires veuillent obtenir ce service dans leur mairie. On sera ravi pour les deux communes si jamais le maire de Cormeilles obtient les machines nécessaires à la fabrication des passeports biométriques. Actuellement, ce sont les habitants qui sont pris, bien malgré eux, entre le marteau et l’enclume.

Propos recueillis par Fabien Madigou