Invité de l’émission de VOtv Face à la Presse, réalisée en partenariat avec Le Parisien Val-d’Oise L’Echo-Régional et La Gazette, le président du groupe d’opposition UVO (UMP et non inscrits) au Conseil général du Val-d’Oise estime que la majorité PS-PCF propose « des dispositifs à court terme électoralistes qui dépensent des crédits de fonctionnement du Conseil général, et à côté de ça on serre la vis aux communes en diminuant les subventions pour les investissements qui auraient soutenu l’économie en cette période difficile ». Arnaud Bazin évoque aussi la question de la présidence du département en cas de victoire de la droite sur Argenteuil-Est : « L’UVO ne manquera pas d’homme de qualité ».

 « Ce qui nous différencie (avec la gauche), c’est la recherche de l’efficacité de l’effet de levier des dépenses publiques », a déclaré Arnaud Bazin sur le plateau de VOtv. Le président du groupe UVO estime que la majorité PS-PCF du département, avec Allo Bébé, Resto Collège et le dispositif Permis de conduire pour les jeunes , « est dans de la communication » et « la distribution, même pas de pouvoir d’achat, simplement d’un peu d’argent pour valoriser le Conseil général et son président ».

Concernant la campagne sur le canton d’Argenteuil, qui s’annonce courte en raison d’un scrutin attendu à la mi-septembre, Arnaud Bazin affirme que « Philippe Métézeau va travailler pendant l’été ».

Si la gauche départementalise l’élection, le candidat de l’UVO va municipaliser la campagne : « il a beaucoup de matière locale », affirme Arnaud Bazin citant « l’administration de la gouvernance de la ville d’Argenteuil, l’augmentation des impôts à Argenteuil, un certain nombre de projets en panne à Argenteuil (…) Ce sont des questions municipales mais étroitement liées à la vie du canton »

Répondant à une question sur la possibilité qu’il devienne président du Conseil général, en cas de victoire de la droite sur le canton d’Argenteuil-Est, Arnaud Bazin botte en touche : « L’UVO ne manquera pas d’homme de qualité », déclare-t-il avant de se laisser aller à cette confidence « Je vous dirai simplement que je ne suis pas moins prêt qu’un autre ». Et Arnaud Bazin de rappeler : « J’ai dit en prenant la fonction de président de groupe, dans un souci de renouvellement, que cela ne me donnait aucune priorité particulière (…) Ce point sera à discuter avec nos collègues ».

Voir le Face à la Presse :