Le secrétaire d’Etat en charge des Transports s’est rendu à la gare de Deuil-Montmagny pour l’opération « Ralentissez aux passages à niveau ». En plein centre ville et à proximité d’un lycée, cette zone fait partie des six points noirs du Val d’Oise. En 20 ans, 42 accidents ont été relevés ici dont 3 mortels, le dernier il y a tout juste 2 ans.

 Un an après le drame d’Allinges, où un car scolaire avait été percuté par un train entraînant la mort de 7 enfants, le secrétaire d’Etat en charge des Transports, Dominique Bussereau, a tenu à participer à cette opération de prévention d’envergure européenne. A Deuil-Montmagny, pas moins de 180 trains passent quotidiennement, tandis que 10 000 véhicules franchissent les voies.

Situé en milieu urbain, ce passage à niveau fait partie des 28 passages à niveau dits « préoccupants » sur les 500 que compte l’Ile de France. Dans le Val d’Oise d’autres posent également problème à Argenteuil (2), Char, Méry-sur-Oise et Presle (voir carte).

RFF envisage la suppression du passage à niveau

Avec la participation financière de la Région Ile de France, mais aussi grâce à l’accord des collectivités (communes et Conseil général du Val d’Oise), Réseau Ferré de France s’est engagé à lancer des études préliminaires pour chercher et trouver des solutions de suppression de ce passage à niveau, et rétablir son franchissement par un ouvrage. Mais de nombreuses contraintes techniques compliquent cette tâche. Un franchissement souterrain par exemple n’est pas envisage puisqu’une importante canalisation de gaz se situe sous la voie ferrée.

La région Ile-de-France s’est engagée à financer à hauteur de 75% l’ensemble des travaux à effectuer sur tous les passages à niveau « préoccupants ». Mais pour le ministre des transports, le travail de prévention prime sur l’amélioration de la signalisation. En effet, 98% des accidents dans ces zones sont dus au non-respect du code de la route. En 2008, sur 115 collisions sur des passages à niveau, 38 ont été mortelles.