Finalement l’unité ne sera pas de mise à gauche pour la prochaine élection cantonale partielle d’Argenteuil-Est. Le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon a décidé de présenter son candidat, Michel Févry face à Marie-José Cayzac, conseillère générale PCF sortante, son élection ayant été invalidée par le Conseil d’Etat le 19 juin.

Cette nouvelle candidature à gauche pourrait bien faire l’affaire de la droite. En mars 2008, Michel Fevry avait réuni 12,1% des voix derrière son nom et le score du Front de Gauche aux élections européennes sur Argenteuil laisse penser que ce score pourrait être le même en septembre prochain. De l’aveu même d’un militant du Parti de gauche local, cette candidature présente le risque de voir la droite passée dès le premier tour. En effet lors de la dernière élection cantonale, Philippe Métézeau, alors conseiller général UVO sortant, avait rassemblé 42,7% des voix au premier tour. Marie-José Cayzac avait alors réalisé un score de 31,3%.

Cette décision va sans doute surprendre les états-majors PS et PCF. Lors de la conférence de presse tenue trois jours après l’élection, Dominique Lefebvre, premier secrétaire fédéral socialiste invitait Michel Fevry « à prendre le bon chemin ». Le maire socialiste de Cergy pensait alors que le dissident de la dernière cantonale « devait et allait venir dans cette dynamique de gauche » constituée derrière Marie-José Cayzac. Même son de cloche du côté du Parti communiste. Jean-Michel Ruiz estimait qu’on « ne pouvait pas se présenter de gauche et faire perdre le candidat de gauche qui peut être élu. » La décision du Parti de Gauche lui prouve le contraire.