Pari réussi pour le groupe Barrière et la ville d’Enghien-les-Bains : le concert-événement gratuit de la 10e édition du festival de jazz, samedi soir, a battu les records de fréquentation. "Pour le concert sur le lac des Gotan Project en 2008, nous étions 12000. Cette fois, il y a au moins 15000 spectateurs", s’enthousiasme Philippe Sueur, le maire de la ville thermale, dont l’anniversaire tombait le même jour que la prestation de Maceo Parker. "Ce 10e festival marque un tournant", souligne Blandine Harmelin, sa directrice artistique.

 "Passer le cap des 10 ans n’est pas toujours facile pour un festival, j’ai toujours su que nous ferions quelque chose de grand à Enghien-les-Bains", confie Blandine Harmelin, directrice artistique du festival, qui a concocté cette année encore une programmation mêlant tous les genres du jazz, de Didier Lockwood à Chick Corea en passant par Richard Bona ou André Manoukian. Sans oublier le jazz funky de Maceo Parker.

Enghien Jazz festival n’a jamais renier l’ambition du 1er opus : donner à entendre de belles voix féminines, avec le souci constant de dénicher les pépites de demain. Malia ou Leika sont passées à Enghien.

"Blandine Harmelin a une grande sensibilité artistique et elle n’hésite pas à prendre des risques", raconte l’agent de Slava qui a chanté, en 2008, en première partie de l’immense Al Jarreau. La chanteuse, née à Budapet, doit à la directrice du Jazz Enghien Festival sa première grande scène de jazz. A l’époque, l’univers de Slava c’était davantage la musique classique. Aujourd’hui, elle prépare son premier album jazz qui devrait surprendre avec ses accents slaves.

"On peut dire aujourd’hui que nous avons créé avec l’Enghien Jazz Festival un label", se réjouit Bruno Cagnon, directeur général des opérations du groupe Barrière. Un label de qualité qui mériterait de devenir un label de disque. A quand le CD du festival ?