La prochaine visite de Christian Blanc, secrétaire d’Etat en charge du développement de la région capitale, à Sannois fait grincer des dents du côté de la majorité départementale. « Les ministres viennent servir la soupe à leur camp à quelques semaines d’une élection cantonale partielle et à quelques mois des Régionales » dénonce la gauche dans un communiqué aux forts accents de campagne électorale.

La tension entre les deux grandes forces politiques du Val d’Oise monte d’un cran à l’approche de l’élection cantonale partielle, qui doit se dérouler en septembre sur le canton d’Argenteuil. Alors que Yanick Paternotte (UMP) avait allumé le premier pétard lors de l’annonce de la venue de Christian Blanc en rappelant à Didier Arnal, président socialiste du Conseil général, « et à sa future minorité au Conseil Général que rien ne sert de courir », la gauche rétorque en cœur que cette visite n’a d’autre but que de « tenter de réanimer une vieille droite valdoisienne en état de coma avancé et travaillée par la guerre de succession ouverte après sa défaite en mars 2008. » Le ton et les mots employés ont tout de la campagne électorale à enjeu comme l’est celle de septembre sur Argenteuil-Est.

Sur l’enjeu essentiel du Grand Paris, la gauche dénonce « le silence radio absolu depuis l’oracle présidentiel » alors qu’elle-même « s’est mobilisée très tôt pour dénoncer le sort réservé au Val d’Oise totalement oublié du Grand Paris à l’exception de l’aéroport de Roissy. » La majorité attend maintenant de Christian Blanc « des réponses très concrètes et financées. » Le secrétaire d’Etat en charge du développement de la région capitale profitera peut-être de sa venue à Sannois pour satisfaire ses attentes.