Réuni le jeudi 9 juillet, le 3e comité de pilotage de l’étude SURVOL destinée à la surveillance sanitaire et environnementale des plates-formes aéroportuaires de Roissy, Orly et le Bourget a donné son feu vert pour une mise en œuvre immédiate de l’étude pour une période de 4 ans. Elle concerne 2,3 millions de personnes.

 Composé des services de l’Etat, d’élus, d’associations de riverains, de compagnies aériennes et d’aéroport de Paris, la comité de pilotage de l’étude SURVOL  vise à renforcer la surveillance environnementale autour des trois plates-formes aéroportuaires de la région ainsi que la surveillance des expositions au bruit et à la pollution atmosphérique des populations résidentes autour de ces aéroports, soit près de 2,3 millions d’habitants.

Conduite sous l’égide de la Préfecture de région et des préfectures de départements via la DRASSIF, les DDASS et l’Institut de Veille Sanitaire, SURVOL doit permettre en lien avec AirParif et BruitParif de faire bénéficier les populations riveraines des aéroports franciliens d’une surveillance permanente de leur exposition à la pollution atmosphérique et au bruit.

Prévue dans le cadre du plan régional santé environnement Ile-de-France, l’étude est programmée sur quatre ans et doit s’arrêté en 2012. A compter de 2011, ses données seront accessibles via Internet.

SURVOL doit permettre de répondre ainsi aux attentes de l’ensemble des acteurs concernés par les plates-formes aéroportuaires en mettant à la disposition de tous les résultats des mesures environnementales et notamment de l’impact du trafic aérien.

Le Préfet de région, Daniel Canepa a également décidé la mise en place de comités de proximité qui réuniront élus, associations représentatives, opérateurs techniques pour le suivi de la mise en œuvre de cette étude.