C’est la fin d’un feuilleton qui aura duré presque un an et demi. Le Conseil d’Etat a rejeté le recours de l’UMP Georges Mothron et ainsi a confirmé l’élection du socialiste Philippe Doucet à la tête de la mairie d’Argenteuil. « Une excellente nouvelle pour toutes celles et tous ceux qui ont souhaité un changement politique majeur à Argenteuil l’an dernier » commente la municipalité. Du côté de l’opposition, « la déception et l’incompréhension » règnent.

Après de nombreux rebondissements, le Conseil d’Etat a fini par trancher: l’élection de Philippe Doucet à la tête d’Argenteuil en mars 2008 est bel et bien valide. L’UMP Georges Mothron aurait souhaité voir les dépenses faites par Faouzi Lamdaoui, adversaire de Philippe Doucet lors de la primaire socialiste puis finalement colistier, intégrées au compte de campagne du nouveau maire. Un point examiné minutieusement par la plus haute juridiction administrative, qui a décidé de réunir deux sous-sections pour rendre sa décision finale.

« Une contestation, comme le démontre la décision du Conseil d’Etat, sans fondement juridique qui ne visait qu’à maintenir une tension politique au sein de la 1ère ville du Val d’Oise en début de mandat et remettre en cause la légitimité de la nouvelle équipe municipale » estime Philippe Doucet. Si l’équipe municipale attend que cette décision provoque « un changement d’attitude de la part du député UMP Georges Mothron, peu digne d’un élu de la République, à l’égard du maire », elle annonce d’ores et déjà qu’elle « poursuit son travail et son action au service de tous les Argenteuillais avec un objectif prioritaire : rendre les Argenteuillais fiers de leur commune et heureux de vivre ensemble. Un travail long, difficile, exigeant mais passionnant et qui commence à porter ses fruits. »

« Cette décision a été manifestement difficile à prendre. Nous l’acceptons avec tristesse mais nous la respectons. Cela n’a pas été une affaire expédiée par le Conseil d’Etat qui a pris son temps pour l’étudier. La page est tournée » commente Philippe Métézeau conseiller municipal d’opposition. « Le combat municipal continue sous une autre forme que celle judiciaire. Les Argenteuillais peuvent être sûrs que les membres de l’opposition continueront de tout faire pour influer sur les décision du maire » poursuit-il.

Prochaine étape : l’élection cantonale partielle

Si la page de l’élection municipale est définitivement tournée, droite et gauche vont devoir désormais se tourner vers le scrutin de la cantonale partielle. « Les Argenteuillais pourront donner leur appréciation des 18 mois de Philippe Doucet à la tête de la ville à l’occasion de l’élection cantonale partielle de septembre qui opposera notamment un membre de la majorité, en l’occurrence la communiste Marie-José Cayzac, et un de l’opposition, moi-même » estime Philippe Métézeau. L’équipe municipale est prévenue. Il n’y aura pas de répit après ce soulagement de la validation de l’élection de mars 2008. Dès le retour des vacances, il faudra défendre devant les habitants du canton Est d’Argenteuil le bilan des 18 premiers mois passés à la tête de la mairie. Bien que cette élection présente un enjeu départemental essentiel, – les électeurs argenteuillais feront pencher le conseil général à droite ou à gauche – le contexte municipal sera une fois encore important.