"Alors que le Conseil d’État a définitivement annulé l’élection cantonale d’Argenteuil Est de mars 2008 – mettant ainsi immédiatement fin au mandat de Conseiller général de Madame Cayzac et appelant à organiser un nouveau scrutin – l’ex-élue départementale se permet de critiquer publiquement cette décision de justice", réagit le candidat UVO (UMP – non inscrits), mettant en avant un tract de la candidate PCF Marie-José Cayzac distribué le week-end dernier.

 C’est cette petite phrase de la candidate PCF à destination des électeurs  que Philippe Métézeau entend faire connaître au Conseil d’Etat : « Vous confirmerez également votre choix de mars 2008, injustement remis en cause à la suite des agissements de mon concurrent UMP. Le vote que vous avez librement exprimé est aujourd’hui bafoué. »

"M’accuse-t-elle d’avoir manipulé la Justice ? Méprise-t-elle à ce point les juges pour se permettre de critiquer leurs décisions ? Cherche-t-elle délibérément à « monter » son électorat contre le système judiciaire ? s’interroge – dans un communiqué – le candidat UVO. Ce qui est sur, c’est que ces propos anti-institutionnels montrent l’irresponsabilité de ma concurrente communiste qui justifie sans complexe une société dans laquelle tout contrevenant, tout délinquant peut librement critiquer et insulter sur la place publique une décision judiciaire définitive sous le seul prétexte qu’elle ne lui est pas favorable".
 
Philippe Métézeau a décidé de porter "officiellement et immédiatement les écrits de Madame Cayzac à la connaissance du Conseil d’État".