Dans un communiqué, la Fédération du PCF du Val d’Oise s’inquiète de la situation de l’Ecole dans le département comme au niveau national. Alors que François Fillon et son ministre de l’Education étaient mercredi dans le Val d’Oise les leaders du parti dressent un rapide état des lieux.

« Si l’on prend le premier degré, on constate, alors que le nombre d’éléves augmente, une nette détérioration des conditions de fonctionnement des écoles et une dégradation notable des conditions d’exercice des enseignants. Le taux d’encadrement est en baisse pour la première fois depuis 2005, les moyens de l’aide spécialisée réduits (43 postes supprimés), la scolarisation des moins de 3 ans en chute libre… » constate la direction du PCF qui s’appuie sur les chiffres donnés par les syndicats enseignants.

« Sur notre département, 18 écoles nécessitent une ouverture de classe mais l’Inspection académique ne peut « offrir » que 6 postes qui correspondent d’ailleurs au gel de postes vacants. C’est scandaleux ! » s’insurgent les communistes.

Dans le secondaire, si le point définitif n’est pas encore fait, on sait cependant qu’il y aura 148 enseignants de moins dans les collèges et lycées du département.

Jean-Michel Ruiz, secrétaire départemental du PCF, précise qu’« il faut stopper immédiatement cette politique de casse ! L’Ecole doit redevenir une priorité pour notre société. Des moyens conséquents doivent être mobilisés pour lutter contre les inégalités scolaires: 150 000 enseignants et 45 000 personnels d’encadrement doivent être recrutés en 5 ans, un fonds national contre les inégalités scolaire doit être mis en place pour assurer la réussite de tous… Nous ménerons la bataille pour cette rentrée, aux côtés des enseignants et parents d’élèves, pour changer l’Ecole et en faire l’affaire de chacun d’entre-nous. »