Après un an de lutte avec l’office HLM d’Argenteuil-Bezons, l’opposition municipale doit quitter sa permanence. Le bail n’a pas été reconduit. Les conseiller municipaux UMP Georges Mothron et Xavier Péricat tenteront de sensibiliser la population dès samedi matin sur le marché des Champioux.

Philippe Doucet, maire PS d’Argenteuil et président de l’Office HLM d’Argenteuil-Bezons, l’avait annoncé il y a plus d’un an. Désormais, « les pas de porte dont dispose l’OIAB seront uniquement loués à l’usage des commerçants et artisans de la ville, ou des associations au travail reconnu. » L’objectif de la mairie est de redynamiser les commerces de proximité dans ce secteur. Victime collatérale de cette décision, l’opposition municipale qui disposait d’un local rue du Général Delambre. Après avoir résisté pendant plus d’un an, la droite argenteuillaise voit aujourd’hui son bail non renouvelé. Ils devront quitter les lieux et trouver un nouveau local dans le parc privé.

« Priver l’opposition de moyens d’expression »
 
« En refusant de reconduire notre bail et en refusant de nous proposer une solution de relogement à l’intérieur du patrimoine de l’Office, Philippe Doucet souhaite priver l’opposition de moyens d’expression » estime Xavier Péricat, conseiller municipal UMP d’Argenteuil qui voit dans la volonté de la mairie de redynamiser le commerce, un prétexte. « Tout cela est cousu de fil… rose ! … comme s’il ne manquait que notre local pour redynamiser le commerce dans le quartier des Champioux » s’exclame-t-il.

Les conseillers municipaux d’opposition annoncent d’ores et déjà qu’ils n’en resteront pas là et comptent bien « multiplier les actions de protestation ». Ils seront donc au marché des Champioux dès samedi matin pour sensibiliser la population. Une initiative dont ce serait sans doute bien passé la majorité municipale en pleine campagne électorale sur le canton d’Argenteuil-Est.

« Non seulement nous allons avoir le soutien de nos amis et de nos électeurs mais également celui de personnes qui n’ont pas voté pour nous mais estiment que l’opposition, quelle qu’elle soit, constitue un  contrepoids nécessaire au pluralisme démocratique d’une grande ville comme Argenteuil » conclut Xavier Péricat.