Valérie Pécresse a lancé dimanche à Paris son opération reconquête de l’Ile-de-France devant 3000 militants, sympathisants et de nombreux élus. La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, qui se présente comme « la candidate de la vie quotidienne », n’a pas voulu évoquer la composition des listes. « Ce sera des talents aux couleurs de l’Ile-de-France », a-t-elle déclaré. Les listes seront connues fin janvier. Sur le stand du Val-d’Oise, les élus respectaient la consigne : pas un mot sur leurs ambitions.

Alternant musique techno et chanson de Piaf dans un ancien entrepôt ferroviaire où chaque département présentait les produits de son terroir, le premier grand rendez-vous de Valérie Pécresse se voulait festif et populaire. Réunissant des militants et sympathisants des départements franciliens, souvent arrivés en car, il s’agissait aussi de montrer la mobilisation de la droite. 3000 personnes ont écouté la candidate UMP à la tribune promettre la « fin de l’immobilisme » affirmant que « L’immobilisme n’est pas une négligence, c’est une faute ». La ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se présente comme « la candidate de la vie quotidienne ». Elle montre du doigt « la galère des transports devenue l’obsession des franciliens »

L’ambition est affichée : reprendre la région à la gauche. Et sur le stand du Val-d’Oise (photo), les élus UMP sont prêts à partir en campagne. Pas question cependant de parler de la composition de la liste. Valérie Pécresse a passé la consigne, « c’est pour fin janvier ». « Aujourd’hui il s’agit de se fédérer autour de Valérie Pécresse pour conquérir la région », explique Jacqueline Eustache-Brinio, maire de Saint-Gratien et conseillère régionale sortante.

Autres conseillers régionaux valdoisiens présents : le député Claude Bodin et Stéphanie Von Euw (photo). Cette dernière, âgée de 33 ans et adjointe au maire de Pontoise, fait partie de l’équipe de campagne de Valérie Pécresse avec une dizaine de personnes. Elle pilote le comité de soutien avec Jean-François Coppé.

De nombreux maires du Val-d’Oise avaient fait le déplacement, venus de Roissy, Arnouville, Soisy-sous-Montmorency, Cormeilles-en-Parisis ou encore Saint-Leu-La-Forêt. Chacun se gardait bien de parler de la composition de la liste du Val-d’Oise. La consigne de la ministre-candidate semble avoir été entendue. « Aujourd’hui, il y a une tête de liste c’est Valérie Pécresse », lance un élu pour clore la discussion.