A quelques jours du premier tour de l’élection cantonale d’Argenteuil-Est, le PS se trouve un nouvel argument de campagne : "En cantonnant les femmes au rôle de suppléante, l’UVO-UMP montre qu’elle est très loin des préoccupations de la nécessaire représentation des femmes dans toutes les assemblées. Présenter une femme, ça n’est ni un gadget, ni un luxe, c’est un acte normal", déclare le groupe socialiste et apparentés au Conseil général, dans un communiqué, avant de rappeler :"Pour notre part, nous sommes fiers de soutenir Marie-José Cayzac pour le canton d’Argenteuil-Est et ainsi améliorer la représentativité des femmes".

"En France, seul 13% de conseillers généraux sont des femmes. Au Conseil général du Val d’Oise, avant l’annulation de l’élection de Marie-José CAYZAC, on comptait 13% de femmes conseillères générales, indique le Groupe Socialiste et Apparentés. La Majorité Départementale de gauche en comptait cinq, soit 20%, un chiffre au dessus de la moyenne nationale – et l’UVO-UMP en compte … 0".

Et d’enfoncer le clou dans un communiqué titré "Les femmes de l’UVO-UMP aux abonnés absents" : "Rappelons que depuis 1999, le partage des responsabilités entre les femmes et les hommes dans l’ensemble des mandats et des fonctions électives est un principe républicain et constitutionnel. L’UVO-UMP ne témoigne d’aucun volontarisme en matière d’égalité homme-femme  et préfère satisfaire les ambitions locales plutôt que faire l’effort de respecter le jeu de la démocratie en permettant aux femmes investies en politique – y compris à droite – dont les compétences n’ont rien à envier à celles de leurs collègues, de diriger les exécutifs". 

Et de conclure, rapellant sans le dire que l’UVO présente un homme (Philippe Métézeau) à Argenteuil-Est : "Voilà encore une occasion manquée pour la droite valdoisienne de présenter une femme au Conseil général et de corriger une situation anormale".