Alors qu’elle réclamait des documents supplémentaires sur le volet économique du plan social de l’entreprise, l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-CFE/CGC d’ABB France a été déboutée par le tribunal de grande instance de Lyon.

 Suite au plan de restructuration annoncé au printemps par la direction, qui prévoit la suppression de 540 postes dans l’Hexagone, dont 280 sur le site de Saint-Ouen-l’Aumône spécialisé dans la robotique pour automobile, les syndicats ont assigné ABB France en référé après la réunion du comité central d’entreprise le 16 juillet. Ils voulaient ainsi obtenir des documents supplémentaires sur le volet économique du plan afin que les experts du Comité Central d’Entreprise puissent faire ses propres propositions. Les salariés n’excluent pas de faire appel de cette décision.