« Une campagne électorale marquée par les mensonges et la démagogie de la droite s’achève ce soir, réagit Philippe Doucet. Les enjeux départementaux et le bilan de la majorité de Gauche du Conseil général, mis en valeur par Marie-José Cayzac, candidate de toute la Gauche, ne sont pas parvenus à mobiliser les électrices et les électeurs du canton d’Argenteuil-Est qui avaient pourtant choisi le changement l’an dernier, dans l’élan des élections municipales »

« Je prends acte de l’élection du candidat UMP Philippe Métézeau, qui a reçu la confiance de 18% des électeurs du canton qu’il représente désormais, l’un des trois que compte Argenteuil. Je forme le vœu de le retrouver à mes côtés, malgré nos différences politiques, pour défendre Argenteuil et les Argenteuillais au sein de l’assemblée départementale. Ce ne fut pas le cas entre 2004 et 2008, quand il s’opposait à moi notamment sur les questions sociales ou ayant traits au logement et à l’aménagement de la ville. Mais il ne faut jamais désespérer des vertus de l’expérience… », déclare, dans un communiqué, le socialiste Philippe Doucet.

Et le maire d’Argenteuil de donner sa lecture du scrutin : « Le 1er tour, dimanche dernier, a marqué clairement le rejet, à gauche, des candidatures qui ont tenté de mobiliser l’électorat progressiste du canton contre le travail réalisé depuis le début du mandat par l’équipe municipale que j’anime. Les deux candidats, l’officiel et le dissident, du Parti de Gauche ont subi un très fort revers en ne réalisant qu’un score anecdotique ».

Dans son communiqué, le premier magistrat d’Argenteuil salut « chaleureusement, ce soir, Marie-José Cayzac. Je tiens à lui rappeler tout mon soutien et toute ma confiance. Je compte sur elle et sur les autres adjoints et les conseillers municipaux de la majorité ».

Et l’élu d’appeler sa majorité à relever les manches : « Nous devons, ensemble, dès demain poursuivre le travail au service d’Argenteuil et des Argenteuillais, pour améliorer leur vie quotidienne et leur donner les outils leur permettant de se construire un avenir, économique, social, écologique et culturel dans la plus grande ville du Val-d’Oise ».