"Majoritaire en voix dans le Val d’Oise bien avant 2008, à égalité aujourd’hui en siège avec la droite au Conseil général (19 contre 19), la gauche départementale est légitime pour poursuivre son mandat et est la plus crédible pour rassembler des majorités de progrès sur ses projets d’intérêt départemental", estime le MRC-Val-d’Oise

 "Oui, comme a pu le dire Robert Daviot et bien d’autres au delà des clivages politiques traditionnels, Didier Arnal est un bon président, déclarent Rachid Adda   Premier secrétaire fédéral du MRC Val d’Oise et Michel Lacoux, Secrétaire fédéral du MRC Val d’Oise. Dans ce département, depuis 18 mois, grâce à la détermination de Didier Arnal et son équipe, le changement au bénéfice des Valdoisiens commence à se faire sentir. Et la question qui est posée à tous est : veut-on ou non poursuivre sur cette route du progrès ? Ce n’est malheureusement pas la question qui a été posée aux argenteuillais et en particulier par le candidat de droite qui a gagné, de son propre aveu, sur des questions municipales. Au-delà de ce scrutin, l‘enjeu d’aujourd’hui est de poursuivre la feuille de route que les Valdoisiens ont confiée à l’exécutif de gauche conduit par Didier Arnal, élu pour 3 ans en mars 2008 à la tête du Conseil général du Val d’Oise".

Pour les chevénementistes du Vald’Oise, il s’agit  de "limiter sur nos territoires les effets néfastes de la politique du gouvernement Fillon-Sarkozy, dont UVO constituerait à la tête du département, comme par le passé, la courroie de transmission. Les mauvais coups donnés à l’Ecole publique ou l’abandon du projet de troisième aéroport sont emblématiques de cette époque où UVO appliquait sans broncher les décisions politiques gouvernementales pourtant contraires aux intérêts des Valdoisiens".